DOSSIER – De 1998 à 2005 : Le Big 4 !

J’ai eu envie de revenir sur un évènement bien précis de l’Histoire des jeux-vidéo. J’ai notamment pensé au Krach de 1983, mais le sujet étant mainte et mainte fois abordé, je me suis convaincu de trouver mieux… Alors pourquoi ne pas résumer une autre année ? 1984 et le renouveau du jeu-vidéo ? 1994 et l’arrivée en trombe de Sony avec sa Playstation ? Nan, nan ! Au final j’ai décidé de vous proposer la rétrospective non pas d’une année, mais d’une période  allant de 1998 à 2005, et plus précisément du combat épique entre 4 consoles de légendes (que j’aime à appeler le Big 4 ! Classe non ?). La sixième génération de consoles est à ce jour encore, et pour beaucoup, la plus emblématique. En effet, ce ne sont pas moins de 4 acteurs majeurs du jeu-vidéo qui se disputent le marché des consoles de salons au même moment.

La première à débarquer au Japon en 1998 (puis 1999 aux US et en Europe), c’est la Dreamcast de Sega. Certainement la moins médiatisée et encensée des 4 à l’époque, elle n’en est pas pour autant la moins intéressante. Malheureusement, plusieurs facteurs seront la cause de sa non légitimité auprès de la communauté de joueurs, qui aujourd’hui reconnaissent leurs erreurs et s’en mordent les doigts. Le premier facteur est la concurrence. Habitué aux duels avec Nintendo, Sega est maintenant au centre d’un Fatal 4 Way (match à 4) face à des constructeurs tout aussi compétitifs à savoir Sony qui est entré par la grande porte sur le marché en 1994 avec sa Playstation, et maintenant Microsoft qui débarque à son tour avec sa X-Box. Le second facteur qui a amené la Dreamcast au casse pipe, est le ras le bol des fans de Sega qui depuis la Mégadrive, voit son public diminuer. En effet, les nouveaux accessoires jugés bien souvent inutiles comme le méga-CD (pour concurrencer le lecteur CD dela PC-Engine, mais qui n’apportait rien de bien nouveau par rapport aux cartouches) ou le 32X (pour augmenter la puissance de la machine à 32 bits) n’ont fait que jouer sur la confiance des utilisateurs qui ont eu (la bonne ?) impression d’être pris pour des vaches à laits, et non pour des gamers…

La Mégadrive + le 32X + le Mega-CD !
Mastoc, hein !

La Saturn, commercialisée dans la même période que le 32X en à déjà subit les retombées, et malheureusement la Dreamcastn’y échappera pas… Et pourtant elle en avait sous le capot ! Alors que Nintendo sortait en 1996 sa Nintendo 64, console de 5ème génération, Sega nous proposait déjà la 6ème ! Une avance incroyable qui aurait dû lui donner un avantage énorme ! En plus de cette avancée technologique, elle avait d’autres bons points. Elle est la première console livrée avec un modem intégré, et pouvait ainsi proposer du jeu en ligne, notamment via l’excellentissime Phantasy Star Online, premier réel MEUPORG (enfin MMORPG) sorti sur console de salon. La présence du VMU (Visual Memory Unit) petit objet que l’on pouvait insérer dans la manette, qui servait de carte mémoire, mais aussi de sources d’infos diverses selon les jeux (comme par exemple l’état d’un inventaire) grâce à son petit écran LCD… Accompagné de quelques jeux à classer aujourd’hui dans la catégorie Hall of Fame du JV, comme Shenmue, Crazy Taxi, Chuchu Rocket, Quake 3 Arena, Space Chanel 5, Jet Set Radio ou bien Power Stone… Une belle machine très axée arcade, qui n’a pas vieilli (ou presque) d’un poil encore aujourd’hui !

Quake 3 Arena

Phantasy Star Online

Mais alors quels étaient ces 3 monstres qui ont fait de l’Histoire du JV ce qu’elle est (encore) aujourd’hui ?

Arrive en 3ème position la Game Cube de Nintendo. Succédant à la Nintendo 64 qui n’avait pas fait le poids face à la Playstation 1 de Sony (32,93 millions de consoles écoulées pour Nintendo contre 102,49 millions pour Sony !), Nintendo a mis du temps, bien trop de temps, pour contre-attaquer la Playstation 2. Dernière console de la 6ème génération à sortir sur le marché, Nintendo arrive avec presque 2 ans de retard sur Sony, pour une expérience de jeu équivalente, peut-être légèrement au-dessus graphiquement, mais on en attendait plus. Peut-on parler d’un échec ? La console 128 bits ne s’est vendue qu’à 21 millions d’exemplaire, bien moins que son aînée… Pourtant, là encore nous avons à faire à une console de qualité avec un catalogue de jeux tout autant alléchant. Mario Party, Luigi’s Mansion, Metroid Prime, Animal Crossing, Pikmin, Super Mario Sunshine, Tales of Symphonia, Zelda the Windwaker, … tant de bons jeux aux univers riches et colorés qui n’auront pas suffit à placer la Game Cube en haut du classement. Pourquoi ? Plusieurs hypothèses peuvent être avancées… L’image de la console reste quand même très axée « enfants ». Bien que des titres plus « adultes » soit présent comme par exemple Resident Evil 0, une bonne partie du catalogue de jeux est plutôt tournée vers la jeunesse ! Les enfants gamer de la Nes sont devenus grand et cherche peut être des jeux plus matures. Peu de réelles nouvelles licences étaient proposées contrairement à la concurrence. Certes on retrouvait les Mario, Zelda, … mais nous n’avons pas eu de nouveaux personnages qui auront marqué la consolde. Ensuite, la console ne possédait pas de lecteur de DVD, ce qui a l’époque était un désavantage vu le prix des lecteurs… Enfin le désintérêt des éditeurs qui préféraient tous miser sur la PS2 (bien vu !). Tant de petits détails ici et là qui ont certainement fait pencher la balance…

Zelda Windwaker

Metroïd Prime 2

Super Mario Sunshine

Nintendo et Sega sont donc désormais à la traine, et ce sont les petits « nouveaux » qui pointent en tête. La passation de pouvoir est en train d’avoir lieu ! Un tournant dans l’Histoire des jeux-vidéo.

Sensation ! Microsoft débarque sur le marché des consoles de salons avec la X-Box. Elle aussi sortie en 2001, et donc bien après la PS2, elle fera cependant un peu mieux que la Game Cube avec ces 24,65 millions de consoles vendues, ce qui pour un nouvel arrivant est un très bon chiffre. Des séries cultes ont ainsi fait leurs apparitions avec notamment la série des Fable ou Halo dont le premier opus s’est vendu à plus de 8 millions d’exemplaires. Microsoft se devait de réagir, voyant les consoles de jeux prendre le pas sur les PC. C’est une des raisons de la naissance de la X-Box. On découvre avec cette machine, les prémisses des consoles multimédia. Disque dur intégré, lecteur DVD, Carte réseau éthernet permettant de jouer en réseau et d’accéder au désormais archi-connu et incontournable X-Box Live. Un de ces autres tords est d’être nouveau sur le marché, et ce n’est pas facile de fidéliser un public qui est acquis à la cause de Sony. En d’autres cas, les 2 consoles étaient (avecla PS2 donc) comparable.

Fable

A l’heure actuelle,la PS3 et la 360 se livre une bataille pour la première place, mais concernant la génération précédente, il n’y avait pas photo.

Sony et sa PS2 ont ainsi révolutionné cette époque avec 153,68 millions de consoles vendues, soit plus de 6 fois les ventes de Microsoft… Et pourtant la console ne possède ni les 4 ports manettes (alors que les 3 autres consoles, si !), ni de port Ethernet, qui vous obligent à racheter ces 2 accessoires… En revanche, elle est rétro compatible avec les jeux PS1, et ça c’est un vrai bonheur !!!

Dragon Ball Z Budokaï Tenkaïchi 3

Dragon Quest : L’Odysée du Roi Maudit

La PS2 est certainement une des plus grandes consoles de l’Histoire, de par son catalogue de (plus de 3000) jeux exceptionnels, parmi lesquels on compte un nombre incalculable de nouveautés, de jeux cultes, et des séries qui ont vu le jour sur PS1 pour arriver à leurs apogées sur PS2. La série des PES, la suite des aventures de Snake (Metal Gear), les nouveaux GTA, les Medal of Honor et autres Call of Duty, Ico, Shadow of the Collossus, Beyond good and evil, Dragon Quest l’odysée du Roi Maudit, Need for Speed Most Wanted, la série des Sly Racoon, celle des Dragon Ball Z Budokai Tenkaïchi, Okami… En 2010, soit 4 ans après la sortie des consoles de la septième génération, il s’écoule encore au Japon, pas moins de 1200 PS2 par semaine De quoi vous convaincre de la domination de cette machine en son temps.

Shadowsof the Colossus

Okami

A ce jour, on remarque que la tendance pris à cette époque est resté la même. Sega a malheureusement quitté le marché des consoles de jeux, Sony et Microsoft se bataille toujours la place de N°1, tandis que Nintendo s’accroche en essayant de toucher un public plus large, et en intégrant des nouvelles manières de jouer (Nintendo Wii et Nintendo DS, 3DS). Sony et Microsoft les ont par la suite plagiés (Kinect, PS Move, PS Vita, …) et de ce fait l’avenir de Nintendo reste plus qu’incertain… Alors ? Quand je vous disais que cette période était un tournant dans l’Histoire du jeu vidéo, vous me croyez maintenant ?

Publié le 2 mai 2013, dans Archives (Anciens articles), et tagué , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :