Versus : Kickstarter

Je m’excuse d’avance, ce sujet de versus est très orienté joueurs pc, si vous êtes un drogué de la manette tout ce dont je vais parler risque au mieux de vous être complètement indifférent, au pire totalement inconnu, comme ça c’est dit.

Avant de lâcher les chiens enragés il me parait bon de faire un rappel historique et lexical pour tous ceux du fond de la salle qui n’écoutent rien. Kickstarter est un site internet dédié au financement participatif : une personne ou un groupe ouvre une page et propose un projet quelconque (que ce soit faire une muraille de 8 mètres de lego, développer un jdr papier ou un jeu vidéo) et demande une certaine somme, le tout associé à différents paliers de dons selon le montant, en général plus la somme donnée est forte plus le palier inclut de bonus.

Autrement dit vous financez vous-même le projet à la hauteur que vous voulez avec d’éventuels bonus qui viennent derrière, à noter que si les dons dépassent le budget demandés les responsables du projet ajoutent ce qu’on appelle des stretch goals : autrement dit ce qu’ils pourraient ajouter au projet avec de l’argent en plus.

Bon maintenant vous savez ce qu’est kickstarter, on va attaquer la partie qui nous touche tous en tant que lecteur de ce blog : les jeux vidéos.

En effet, face à la disparition de certains genres certains ont eu l’idée d’utiliser kickstarter pour faire du jeu vidéo. Le premier à lancer l’idée sera Tim Schafer (que les vieux de la vieille connaissent pour ses point’n’click à l’époque de Lucas Art et les plus jeunes pour Brütal Legends et Psychonauts) qui lancera en février 2012 un financement sur Kickstarter pour un point’n’click sous le titre de Double Fine Adventure, il ne demandait que 400.000 dollars, au final il repartira avec 3.3 millions. La boite de Pandore était ouverte et voila que les projets commencent à venir, d’abords Wasteland 2, suite d’un vieux jeu amiga se voulant RPG old school en 3D isométrique et tour par tour mené par InXile Entertainements (studio de Brian Fargo, ancien producteur de Black Isle Studio), Shadowrun : Returns revival d’une vieille licence de jeux de roles papier qui mixe le cyberpunk et la high-fantasy (qui raflera 1.8 millions au lieu des 400.000 demandés), Star Citizen mené par Chris Roberts (dont Nood vous avait déjà parlé ). En fait tout irait pour le meilleur des mondes si y’avait pas eu Obsidian

 Ouais Obisdian, que pas mal doivent connaître si vous louvoyez dans le genre du RPG, chargé du développement de plusieurs jeux de rôle et fondé par des anciens de Black Isle Studio (dont plusieurs jeux ont eu des articles dans nos colonnes, notamment par moi et par Nood). Depuis un moment la rumeur tournait qu’ils allaient lancer un kickstarter, je suivais ça d’un air distrait en en ayant particulièrement rien à foutre. Et voila que la chose déboule en septembre 2012 sous le nom de Project Eternity revendiqué comme true-RPG-old-school, remplissant en 24h son objectif de 1.1 millions, et à partir de là le délire éveillé commence.  Et ce pour plusieurs raisons :

 Jetons d’abords un œil sur la vidéo de présentation du projet

Je sais que je peux être lapidaire (et je m’excuse à tous les anglophobes) mais j’ai rarement vu une vidéo de présentation aussi vide, 6 minutes à étaler du CV comme une énorme tartine de Nutella indigeste, quasiment que dalle sur le jeu lui-même si on enlève les quarante secondes où Josh Sawyer (le chauve tatoué) parle de la magie, le reste étant du jetage de fleur perso.

 La ruée se poursuit et à mesure que les jours passent Obsidian se met à cumuler une masse de pognon assez spectaculaire (ils finiront avec 3.9 millions de dollars), les infos suivent et ça commence à puer sauvagement : les interviews montrent les mecs d’Obsidian à la limite du paumé sur ce qu’ils vont faire de leur jeux, Chris Avelonne avoue lui-même qu’ils ont à peine planché sur le projet et son univers avant de lancer le financement, les traductions dans d’autres langues que l’anglais ont du attendre 2,2 millions de dollars de fond (là où Shadowrun : Returns l’a inclut à 600.000 dollars, Wasteland 2 l’ayant prévu de base) ce qui est se foutre de la gueule du monde dans la mesure où l’Europe est connue pour son coté bouffeur de RPG,  le craft n’a été inclut qu’à 2.4 millions (dans un RPG bordel !) et la cerise sur le gâteau de crotte : un donjon dont ils promettaient de rajouter un étage pour chaque tranche de 2500 backers et accessible uniquement auxdits backers c’est d’une classe rare …

Vous avez l’impression que le délire est parti loin ? Vous n’avez encore rien vu …

Vient en mars de cette année Torment : Tides of Numenera, de nouveau par InXile Entertainements dont le Wasteland 2 n’a pour l’instant eu droit qu’à une alpha de gameplay. Le projet se veut la suite spirituelle de Planescape : Torment (testé dans nos colonnes) dont Fargo (le directeur) a racheté la licence Torment (et pas la licence Planescape, faut suivre). Le projet sera financé bien au delà de ses espérances (4.1 millions de dollars) et apparemment le développement à commencé depuis peu, en parallèle à celui de Wasteland 2, soit disant pour garder tout le personnel au boulot.

Face à tout ça je ne peux m’empêcher de voir qu’il y a quand même des trucs qui tournent quand même pas rond. D’abord par « respect » pour les indés qui triment leur tronches ça me dérange de voir des studios du calibre d’Obsidian ou InXile venir sur le terrain qui était justement le plus à même de donner leurs chances à ceux qui n’ont pas l’aura des gros. Ajoutez à ça que l’étalage de CV me rebiffe au plus haut point (ceux qui connaissent DaïKatana savent à quel point ça ne veut rien dire), que la tendance passéiste de pas mal de projets est à mon sens une régression plus qu’un progrès, bien loin de la révolution qu’annoncent beaucoup.

 Le dernier problème étant pour moi le plus grave c’est l’engouement suscité par cette plateforme et l’effet qu’aura la sortie des jeux massivement soutenus sur celle-ci. En effet on peut imaginer que si Wasteland 2, Project Eternity ou Torment : Tides of Numenera (surtout le premier et le dernier, vu qu’ils viennent du même sein) sont des maxi-bouzasses ça sera la disgrâce du système de financement participatif, fermant pour de bon la porte qui aurait pu ouvrir à d’autres petits studios et à d’autres jeux prometteurs, à trop espérer la déception n’en sera que plus cruelle.

 Et pour vous ? Ca pue ou je suis un pisse-froid qui voit le mal partout ?

Publié le 7 avril 2013, dans Archives (Anciens articles), et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 15 Commentaires.

  1. J’ai aussi du mal avc la tendance e-begging qu’est devenu kickstarter.
    Alors que d’autres sur ulule ou indiegogo ne peuvent pas obtenir la mmême visibilité ont des besoins réels.
    Et ces sommes affolantes pour des stufios qui n’ont pas tant besoin de support empechent les indies d’obtenir ledit support.
    Par exemple la campagne de Vendetta Online, un vrai studio independant qui ne demandait pas des sommes incroyables et qui est malheureusement passée plus ou moins innapercue, de même pour Crystal Kingdom (indiegogo).

    • C’est bien, un article qui fait réagir. Je vais répondre point par point :

      -Jeter le morveux : si excepte le fait que j’aime pas les gosses, j’ai le droit de savoir pourquoi selon toi j’ai cette attitude ?

      -Mépris d’aristocrate : mais encore ? (ceci dit mon bien aimé père m’a toujours dit que je serais aigri à vingt ans, c’est dans quinze jours, ça doit expliquer des choses)

      -vision manichéenne : ma vision se porte bien je te rassure, en l’état des lieux si elle est influencée par quelque chose c’est l’image que les indés donnent d’eux même en se la jouant Robin des Bois (Markus Person aka Notch (ma bête noire), Tim Schaffer, Brian Fargo et Chris Avelonne qui ont balancé des affirmations tellement ridicules sur de soit disant méchants éditeurs voulant récupérer leurs licences en échange de trois fois rien qu’il faut avoir forcé sur l’ouzo depuis 48h non stop pour gober ça) face au vilain éditeur capitaliste (et le net est bourré de types qui reprennent en cœur ce genre de propos sans avoir l’intelligence de chercher plus loin que le bout de leur nez). Si de tels liens existent comme tu le prétends (ce que je ne nie pas, démontre le moi et je serais ravi de réviser ma position, ça changera rien à cet article mais qui sait pour les prochains) j’ai comme l’impression que les deux parties en présence n’ont pas envie de les montrer, comprenne qui pourra …

      Quant au coté troll j’attire ton attention sur le fait que tous les versus de ce blog sont lancés dans la vocation de susciter la réaction, souvent écrit avec les tripes et la grande gueule qui va avec, c’est une tribune où chacun n’en fait qu’à sa tête et en l’occurrence j’ai aucune raison de me retenir de faire comme les autres. Pour ce qui est de mon flot de critique ceci dit je me reconnais une certaine familiarité (surtout de bon matin avec un truc qui tape entre les oreilles) mais de là à dire critiques ordurières il y a un pas que je ne franchirais pas, restons civilisé mon bon monsieur( madame ?)

      • Merci d’avoir répondu !
        Pour reprendre les choses à l’envers :
        – restons civilisés : relis attentivement ton article, les insultes et le registre vulgaire ne sont pas de mon côté.
        – le côté « Versus » : c’est précisément cela. Quand on écris un article au vitriol, on s’attend à un minimum d’opposition (en tout cas, je l’espère). Un point de vue extrémiste appelle une réaction qui ne l’est pas moins.
        – la vision manichéenne : curieuse réponse, plus complexe et plus convaincante. Corrige-moi si j’ai mal compris, nous avons : les gentils indé (qui se font piquer leur pain), les « traîtres » (les indé qui ont réussi ?) et les majors. Nood demande des arguments, je me permets donc de développer un peu, les liens indé-major sont de nombreuses natures et pas forcément inavouables (comme tu le suggères dans ton commentaire).
        1) Un nombre incalculable de petites mains indépendantes qui, à tous les niveaux, participent au projet des gros éditeurs. Leur nom n’est pas connu, certes, mais ils sont là, ils existent, ils remplissent leur frigo avec l’argent des majors et grâce à cela…créent des jeux indés.
        2) Les indés réussissent, et parfois même très bien, faut-il considérer qu’à partir du moment où ils ont brassés de l’argent, ils n’ont plus leur âme ? Un jeu vidéo d’envergure est un énorme budget, vous tous le savez, et les recettes ne sont pas garanties (Obsidian a connu un grave problème il y a quelques années). Cracher sur les indés qui ont réussi est courant dans tous les milieux artistiques. Questions: peut-on encore considérer Minecraft comme un jeu indé ? ou comme un industrie cynique, David Cage peut-il être considéré comme indé ? il travaille pour les grands mais sa vision est très personnelle.
        – mépris d’aristocrate : heureusement que je ne suis pas docteur en psycho, il ne faut pas se livrer à ce genre de confidence sur le net. Je soulignais simplement qu’il vaut mieux attendre un peu pour développer le défaut des vieilles branches.
        Les joueurs PC/RPG old school ne sont pas des joueurs d’une classe supérieure, contrairement à ce que nombre de tes articles suggèrent…
        – jeter le morveux : tu sembles très bien connaitre les œuvres des auteurs du Project Eternity, ils nous ont quand même offert de belles choses, attendons un peu avant de juger, même si tu n’en a « …rien à foutre ».

        • -J’ai connu plus ordurier et de loin, et j’ai admis ma familiarité, la prochaine fois promis j’écrirais tout ça en latin avec des curseurs qui demandent l’âge, promis juré.

          -Tant mieux, on est d’accord.

          -Je ne crois pas avoir parlé à aucun moment du fait qu’Obsidian ou InXile a vendu son âme ou quoique ce soit d’autres, je parle de visibilité générale. On a beau dire, Obsidian a une aura et tous les éditeurs ne sont pas rapaces à la Activision (je leur en voudrais toute ma vie d’avoir coulé Troïka), et vu la renommé du milieu qu’ils baladent ça me parait être aberrant qu’avec une aura pareille ils n’arrivent pas à trouver de quoi se faire financer même à la hauteur d’un million de dollars (on a pas mal d’éditeurs qui investissent sur des jeux à moyen ou petit budgets) sans avoir recours à un système qui est à la base prévu pour donner à ceux qui n’ont pas la possibilité d’être vu ailleurs de grappiller une place au soleil. Si je crache sur quelque chose c’est sur un abus du système que font Obsidian et InXile (dont la caricature parfaite s’est crée toute seule sous le nom de LootDrop avec son projet ridicule : Old School RPG). Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dis, les gros comme les petits ont droit à une vision d’auteur s’ils le désirent (notamment pour ça que j’aime bien les jeux Double Fine Productions avec Schaeffer ou Platinium Games avec Hideki Kamiya, des jeux qui sont fait avec une certaine mentalité bien propre aux studios).
          En ce qui concerne les joueurs PC/RPG old School je n’ai que mon expérience du milieu où je traine pas mal mes baskets, des communautés où Fallout 3 n’a pas le droit d’exister, où The Witcher est au mieux un film interractif et où dire qu’on aime Mass Effect peut équivaudre à la loose d’avouer qu’on kiff Dallas. J’irais pas jusqu’à dire que la communauté entière est comme ça mais une belle fraction (ou alors c’est celle qui hurle le plus fort) se considère comme une classe supérieure à part.

          -Rapport au CV d’Obsidian et d’InXile très franchement ça se discute. Obsidian fait des jeux bien écrits mais particulièrement infects à jouer en général (New Vegas c’est sympa, KotOR 2 c’est le un en plus grobill et pas franchement plus sexy, Neverwinter Nights 2 arrive à être plus lassant à jouer que le premier ce qui est fort, Alpha Protocol est buggé jusqu’à l’os, j’avoue ne pas avoir joué à Dungeon Siege III par contre) avec la dosette de bug qui fait plaisir, navré que ça ne ne m’enchante pas plus que ça, dans jeux-vidéo il y a jeu et j’avoue que le plaisir de jeux des produits Obsidian est fortement entaché par une technique moyenne voir médiocre que, contrairement à beaucoup, je refuse de passer outre parce qu’il faut pas non plus déconner.
          Pour ce qui est de InXile j’ai pas fait les remakes de Bard’s Tales (m’intéressaient pas) mais Hunted : The Demon Forge c’était loin d’être un chef d’œuvre, Fargo a peut-être mené Black Isle (et n’a pas bossé sur Fallout contrairement à ce que beaucoup croient) mais c’est aussi l’homme qui l’a coulé avec une gestion financière assez piteuse et des choix d’orientation assez douteux (les Dark Alliance sur console imposé à Black Isle qui bossaient sur pc et le baclage de LionHeart : c’était lui) et qui n’a pas fait des masses de trucs notables à coté de ça, je peux me permettre quelques doutes sur leurs aptitudes (ceci dit le monsieur a un bon nez pour dénicher du talent, je lui accorde ça, qui sait s’il a réussi à monter une bonne team pour ses jeux à venir).

          Du coup non, je ne suis pas enthousiasmé plus que ça par les jeux InXile et Obsidian à venir, navré.

          • Merci ! Plus on avance, plus c’est bon. Désolé d’être passer par une catharsis (je crois que Nood a sincèrement l’intention de m’étrangler), mais tes commentaires sont bien meilleur que l’article. Comme quoi, un peu de chaos dans l’ordre bien établi et souvent auto-satisfait des blogs peut être rafraîchissant ! (voire constructif). Sur mon malheureux 1er commentaire, je retire le manichéen, c’est clair. Je garde l’aristo’, il n’y a rien à faire, tu admets toi-même que cette communauté à ce petit complexe de supériorité. C’est dommage, ce domaine reste celui des jeux, y mettre de l’orgueil, c’est regrettable. Maintenant, je la ferme…jusqu’à nouvel ordre.

    • ça va, t’es rigolo toi avec ton compte en mousse à venir de nulle part pour distribuer les bons et les mauvais points. Parce que niveau « mépris de l’aristocratie » tu te défend pas mal.
      Conseils pour le prochain commentaire :
      – Continuer à mettre tout en gras et en souligné, ça dénote d’une grande maitrise. Un petit caps lock pour la prochaine réponse ?
      – Continuer à utiliser des mots compliqués pour cacher le fait que tu ne proposes aucun contre-argument (discours à base de « toi t’es [insérer saloperie ici], et ouais ma poule je te connais en un article »).
      – Proposer des sous-titres pour les articles, ça c’est une vraie bonne idée. Mets des hashtags aussi, quelques propositions : #JeSersàRien #rageux #DoctoratEnPsycho #JesaistouïsmeLvl9000+.
      – Et sinon, t’es pas obligé de venir commenter ici, jusque là on s’en sortait bien sans toi.
      Cordialement.

      Ps : la seule raison pour laquelle ton comm n’a pas terminé dans les limbes de la corbeille du dahsboard avec tous les spams est qu’il constitue un cas d’école du commentaire inutile et que je le garde pour l’utiliser comme tel.

      • Le ton est cinglant, voire carrément énervé. J’ai beaucoup apprécié ton commentaire, au moins aussi inutile que le mien sois dit en passant. Que je sache, tu n’as écris cet article, aurais-je affaire à une forme « d’esprit de clan »? Arakis me semble tout à fait apte à se défendre contre mes pitoyables arguments.

        PS : faut-il avoir un compte en dur pour pouvoir donner son avis ?
        et désolé pour le gras, c’était une mauvaise manipulation.

        • Le ton est cinglant, voire carrément énervé. J’ai beaucoup apprécié ton commentaire, au moins aussi inutile que le mien sois dit en passant.

          Le ton est cinglant et énervé, comme il est compréhensible qu’il le soit avec quelqu’un qui se permet de tirer des conclusions insultantes sur un auteur de blog sans le connaitre, sans arguments, sans autre forme de procès que des pseudo-certitudes qui évitent la plus basique des politesses. Franchement, tu t’attendais à quoi en arrivant ici et en traitant les gens de trolls méprisants et aigris ?

          Que je sache, tu n’as écris cet article, aurais-je affaire à une forme « d’esprit de clan »? Arakis me semble tout à fait apte à se défendre contre mes pitoyables arguments.

          Tout à fait (pour l’esprit de clan et pour la réponse d’Arakis). Je ne faisais que pointer du doigt le manque d’éducation de ta réponse, ainsi que son côté creux et trollesque.

          PS : faut-il avoir un compte en dur pour pouvoir donner son avis ?

          Pas obligé, par contre, encore une fois, la politesse c’est pas en option ; ou alors faut pas s’étonner si tu t’emplâtres des réponses comme les miennes. Au niveau du compte en mousse, c’est juste que ça fait pas du tout louche quand un random pimpin sans avatar, sans site, inconnu par google et avec une adresse mail aussi générique que la tienne se pointe pour faire profiter les gens de sa pseudo-sagesse mal branlée et bardée de raccourcis. Si t’avais eu un nom et une réputation numérique potable, j’aurais pu aller voir tes écrits, tes points de vue, pour peut-être découvrir que tu détenais la clé de la vérité infinie de l’univers forever. Sauf que là, ton commentaire est celui d’un rageux de base, dont l’identité est un cul-de-sac numérique, comparable à ce que ça pourrais donner si je voulais sur un coup de sang me créer un double compte pour aller troller sur des articles au hasard, juste pour le lol. En plus de ça, ça arrive chez nous, et tu t’en prends (sans préavis, sans sommation, sans dire bonjour ou merde hein) à quelqu’un qui reste, après tout, un très bon ami à moi. Encore une fois, t’as peut-être eu les meilleures intentions en venant ici, mais au niveau de l’exécution, c’est nullissime, obtus et malpoli au possible.

          Pour la faire courte, ici on cultive la diversité. on a une ligne d’articles (celle-là même) spécialement prévue pour les débats tranchés et même, avouons-le, parfois un peu vifs sur tel ou tel sujet ; j’ai moi-même tenu des discussions assez peu constructives sur des aspects traditionnellement sensibles du JV, du même tonneau que le sujet de cet article (dont on commence à s’éloigner franchement). Les joueurs PC/RPG (ou FPS, par ma gueule) ne sont en effet pas d’une classe supérieure, pas plus qu’une autre catégorie de joueurs, toujours est-il qu’on a quand même le droit d’avoir un avis et de le défendre.
          Ici, on cultive le débat pour faire vivre le médium JV. ça implique d’avoir des arguments plutôt que de tout réfuter en bloc comme tu l’as fait dans ton commentaires.
          Enfin, ici, aussi et avant tout, on cultive la politesse. ça implique de ne pas insulter gratuitement les gens, même s’il sont pas d’accord avec ta face, même si leur point de vue est biaisé, incomplet ou tout simplement faux (ça nous arrive).
          Et enfin, ici, on est pas là pour se faire refaire une séance de psy de comptoir à deux balles. « Mepris d’aristocrate », « professeur aigri », « flot de critiques ordurières », « oui, tu es un … [heureusement que tu t’es foiré en faisant Ctrl+V, mais là c’était bien pisse-froid qu’il faut rajouter non?] »
          Tu t’es relu, sans déconner ? Si non, pense-y, à l’avenir.

          • Ok, ok, drapeau blanc ! (il y a certainement des tâches de sang dessus mais bon)
            D’abord, le détail stupide : non, non, ce n’est pas un Ctrl+V. C’était un chevron volontairement placé pour éluder l’insulte qui a été interpréter comme un tag html. Qu’on ne me le reproche pas, après tout Arakis tendait la perche à la fin de son article, c’était tentant.
            Le fond et la forme : évacuons la forme d’abord, c’est le moins important et ce qui prend le plus de place ici.
            Pour l’impolitesse : mea culpa, tu as entièrement raison. Si c’était à refaire, je ne le referai pas comme ça, mais pas de possibilité d’édition sur cette plateforme. Pour « l’obtus » : c’est gratuit, as-lu mon 2ème deuxième commentaire ? Je n’ai pas l’habitude de m’étaler sur des pages (sauf si on me le demande) d’où en partie la sècheresse du 1er. Pour « nullissime » : je passe, c’est stérile, tu en arrives à la même attitude que tu critiques chez moi.
            Le fond maintenant : tu m’as demandé des arguments, je t’en ai fourni. Ta réponse dessus, néant. Tu préfères me parler d’un avis de recherche numérique, on dépasse là sérieusement les bornes.
            Si tu as pu lire en entier, tu auras noter mes excuses pour l’impolitesse. Tu auras peut-être l’honnêteté de reconnaître tes excès.

          • Ok, ok, drapeau blanc ! (il y a certainement des tâches de sang dessus mais bon)

            Mouarf. Tant que c’est pas le mien.

            D’abord, le détail stupide : non, non, ce n’est pas un Ctrl+V. C’était un chevron volontairement placé pour éluder l’insulte qui a été interpréter comme un tag html. Qu’on ne me le reproche pas, après tout Arakis tendait la perche à la fin de son article, c’était tentant.

            ça vaut le coup de s’auto-censurer sur une insulte, même tendue à la perche par l’interlocuteur, pour faire un commentaire aussi malpoli après.

            Le fond et la forme : évacuons la forme d’abord, c’est le moins important et ce qui prend le plus de place ici.

            La forme de ton premier message est ce qui te vaut que je te lâche pas la grappe maintenant. De là à dire que la forme est super importante, il n’y a qu’un pas que je franchirai allègrement.

            Pour l’impolitesse : mea culpa, tu as entièrement raison. Si c’était à refaire, je ne le referai pas comme ça, mais pas de possibilité d’édition sur cette plateforme.

            Content que tu dises ça. quant à l’édition de messages, c’est bon pour l’orthographe, pas pour modifier ses propos après avoir chié dedans.

            Pour « l’obtus » : c’est gratuit, as-lu mon 2ème deuxième commentaire ? Je n’ai pas l’habitude de m’étaler sur des pages (sauf si on me le demande) d’où en partie la sècheresse du 1er. Pour « nullissime » : je passe, c’est stérile, tu en arrives à la même attitude que tu critiques chez moi.

            Obtus et nullissime s’appliquent à ton premier et désormais légendaire post, pas au deuxième que je n’ai lu, je l’avoue, qu’en diagonale et sur lequel je me garderais d’avoir un avis, pour l’instant. Encore une fois, je me permet de te conseiller de d’étaler un peu plus sur tes posts (avec des arguments recevables, par exemple), plutôt que de commencer directement à la partie où tu pourris ton interlocuteur. Enfin ça vaut ce que ça vaut comme conseil, hein.

            Le fond maintenant : tu m’as demandé des arguments, je t’en ai fourni. Ta réponse dessus, néant. Tu préfères me parler d’un avis de recherche numérique, on dépasse là sérieusement les bornes.

            Sur le fond de ton premier post, néant, c’est du troll, donc sans fond. Sur tes réponses ultérieures, cf point précédent. Quant à la recherche numérique… Si tu veux, avec Arakis, ça nous a paru tellement gros et pourri comme troll qu’on s’est dit que c’était un copain qui nous faisait une bonne blague. Du coup j’ai fait ce que je fais tout le temps dans ce cas là : une bonne recherche google pour savoir qui est derrière tout ça. Bref, la suite, on la connait.

            Si tu as pu lire en entier, tu auras noter mes excuses pour l’impolitesse. Tu auras peut-être l’honnêteté de reconnaître tes excès.

            Je note et j’apprécie. Je reconnais aisément que mes excès, qui tout justifiés qu’ils sont, restent des excès. Le pourquoi du comment ayant été suffisamment discuté ici, on va cesser ce petit jeu ici et se re-concentrer sur le fond du débat, Merci.

  2. Et encore, je suis gentil, j’ai même pas parlé de Richard Garriot qui lance un kickstarter alors qu’il est milliardaire …

  3. Alors pour réagir à ton article (quand même).

    Autant je trouve que les kickstarters et autres plate-formes de crowd-funding (et oui, c’est le nom en anglais…), c’est une bonne idée, autant ça n’a jamais été une garantie de quoi que ce soit.

    Kickstarter est encore pas le pire puisque l’argent promis n’est prélevé chez les backers qu’une fois le premier objectif atteint, au contraire d’indiegogo par exemple où l’argent promis est dû, quoi qu’il se passe ensuite (style annulation du projet, etc.)
    En plus, kickstarter induit une garantie qui force les lanceurs de projets à une clause d’obligation de résultats, pour que des gens ne se payent pas des saladiers de coke et des femmes faciles avec un kickstarter.

    ça c’est dans les textes, mais dans l’absolu, les backers ne peuvent pas exiger de résultats à la hauteurs de leurs espérances, ni un éventuel niveau de qualité, ni même que les paliers soient respectés… tout ça est d’ordre indicatif…

    Ensuite, pour TToN et project eternity, c’est des projets qui basent leur succès sur leur côté old school. C’est d’autant plus vendeur qu’il y a un vrai public en demande de jeux de ce type (old school donc), comme beaucoup de projets kickstarter. On ne peut pas en vouloir aux nostalgiques de vouloir passer par là pour financer des projets qui se feraient rebouter par les éditeurs classiques… et d’un autre côté, Black Isle et InXile la jouent carrément trop sur leur passé, certes pas dégueu, mais passé.

    C’est probable que ce genre de projets surmédiatisés (les types ont un nom, et unCV, on est d’accord) en phagocytent d’autres qui auraient bien besoin de quelques sous… mais c’est là l’un des principaux problèmes du crowdfunding.

    En fait, un type qui monte un projet sur kickstarter veut un financement pour attirer des fonds et faire un prototype. Sauf que pour faire des proto, il faut des fonds. Situation du serpent qui se mord la queue, et qui explique 95% des échecs de kickstarter… sauf pour les lanceurs de projet qui jouissent déjà d’une nototriété (comme nos deux cas ici présents) ou du style de Star Citizen (qui lui avait le deuxième avantage d’avoir un proto et des vidéos de gameplay alpha, même courtes).

    et ça, et je l’ai touours dit, c’est sans compter sur le fait qu’un jour un bonhomme va lancer un kickstarter ultra alléchant, rafler le jackpot et s’évanouir dans la nature comme un charme. ça me tarde presque !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :