Numéro spécial halloween : les creepypasta’s des JV les plus célèbres.

Vous aimez les histoires qui font peur ? Moi non. Mais tant pis, c’est halloween, alors on va faire un petit tour des creepypastas les plus connues du JV. Oui, vous savez, les creepypastas, ces histoires d’ados qu’on se raconte autour d’un feu de camp avec des lampes torches qui éclairent en contre-plongée, que l’on sait absolument fausses d’un bout à l’autre. Ces histoires bien mythos ont un charme fou, allons-y pour la petite sélection.

#4 – la Radio des Nombres de Fallout 3

Fallout 3, comme ses prédécesseurs et successeurs, possède un système de radios  qui permlettent d’égayer un poil les sorties dans le Wasteland. L’une d’entre elles, Galaxy New Radio, peut dans certaines conditions (dont certaines sont encore inconnues mais qui sont de toutes façon assez aléatoire, comme c’est pratique…) se transformer en « number station« . comme dans la vraie vie (voir lien ci-avant), les stations de nombres émettent en discontinu des suites de chiffres (chiffres, pas nombres, hein) et du morse (petit exemple absolument pas fiable ici). Autre exemple : la station dans la saison 1 de Lost.

Après quelques temps, les fameux messages ont été complétement décodés : les messages en morse traduits, et les chiffres transformés… en date et heures. Au niveau des messages, on a donc certains très idiots ou encore inintéressants (« washed the car today, maybe Chinese for dinner » ou encore « Have you watched my YouTube video yet, I uploaded myself kicking bums in the nuts »).

D’autres sont plus sombres, plus inquiétants. Mais surtout, ils sont datés : dans le passé, dans le futur. C’est là que ça devient intéressant. L’une des quotes, précédée d’une suite de chiffres indiquant la date du 15 avril 1865, 22h15, raconte donc : « He’s dead and blame will probably be placed on that actor, Booth. Johnson better not cheat me out of the payment. » si la date et les noms vous disent quelque chose, c’est normal : il s’agit des assassins de Lincoln.

Les citations datées dans le futur seraient également à voir :

« The Queen has died today. The world mourns, as on days like these, we are all Brits », 19 mars 2014  à 04h02, et « I can’t believe Britney’s actually won an Oscar! » 27 février 2023, 00h16, qui nous apprennent respectivement que la Reine d’Angleterre va claquer dans un an et demi et que Britney Spears va gagner un oscar dans 10 ans.

Le dernier message est bien plus inexpliqué, d’autant plus qu’il n’est pas daté (mais se passe a priori dans le futur) : « I can’t believe they’ve actually done it. Not long left. They were warned, but they just had to keep pushing the boundaries of science. The noise. I can’t take the noise anymore. And the light, dear God! The Universe is slowly unraveling around us. I’m not going to wait for death. I have a pistol in the attic. »

Traduction : « Je ne peux pas croire qu’ils l’ont réellement fait. Il ne reste plus longtemps. Ils étaient prévenus, mais ils ont juste continué à repousser les limites de la science. Le bruit. Je ne peux plus supporter plus longtemps le bruit. Et la lumière, mon Dieu ! L’Univers s’effiloche lentement autour de nous. Je ne vais pas attendre la mort. J’ai un pistolet dans le grenier. »

Le futur selon Fallout 3, plutôt bof…

Flippant hein ? Je vous laisse méditer cette sombre prédiction en vous expliquant que malgré mes efforts (acharnés), je n’ai pu retrouver aucun indice de l’existence réelle de l’ensemble de ces citations, leur conférant un degré de véracité proche du néant.

#3 – Herobrine, le spectre de Minecraft

Tout commence comme les autres creepypastas : un internaute a raconté avoir croisé des phénomènes étranges en jouant à Minecraft dans un monde fraichement généré. Pour ceux qui débarquent, Minecraft est un jeu de survie/aventure dans un monde totalement désert, généré procéduralement, avec une part de création d’objets, une part de collection de ressources – les blocs – et une part de construction.

Cet utilisateur affirme avoir trouvé des constructions étranges (pyramides au milieu des océans, tunnels rectilignes, arbres dont le feuillage était arraché, etc) et avoir été suivi par un mystérieux personnage : Herobrine. Celui-ci se présente comme un joueur avec la skin par défaut et des yeux vides et blancs qui brillent dans le noir. Il suivrait le joueur, détruirait les constructions alors qu’on n’est pas là, feraient les siennes au milieu de nulle part, attaquerait dans le dos et laisserait des torches de redstone après être passé. Tous les ingrédients du film d’horreur classique, en somme, avec un personnage inquiétant dont les yeux brillent dans l’obscurité.

Herobrine, un type trop sympa.

Après avoir été suivi par Herobrine (qui partage avec le bigfoot et le yeti cette fameuse capacité de disparaitre à volonté dans le brouillard), l’utilisateur en question a dit avoir ouvert des sujets sur le forum officiel Minecraft, lesquels furent effacés en quelques minutes ; avoir reçu des mails privés vie ce même forum d’un utilisateur nommé Herobrine contenant le plus souvent l’unique mot « Stop. », avoir fait des recherches avec d’autres joueurs ayant également croisé ce mystérieux joueur tout ça pour découvrir… que ce Herobrine était le frère de Notch (Notch, créateur suèdois désormais ultra-connu de Minecraft, personnalité préférée d’Arakis).

Cet internaute se fendit d’un petit mail à Notch (connu pour correspondre régulièrement avec les joueurs), lui demandant s’il avait réellement un frère, ce à quoi Notch répondit : « I did, but he’s no longer with us. » Herobrine serait donc l’esprit du frère décédé de Notch, venu se venger en faisant chier les joueurs de Minecraft. Vaste programme.

Capture d’écran d’Herobrine : c’est les deux taches blanches sur la gauche (oui, comme ça, ça fait moyennement peur…)

Depuis le temps que la rumeur court, elle a été formellement démentie par les créateurs du jeu et les joueurs disséquant le code source du jeu. Ainsi, Notch n’est que fils unique, pour autant qu’on sache, n’a jamais bidouillé son algorithme pour y intégrer un stalker, n’a jamais correspondu par mail au sujet d’un frère disparu, etc. Mais il a en revanche bien apprécié la plaisanterie, arguant que son jeu s’enrichit à chaque nouvelles créations des joueurs, fussent-elles des histoires à dormir debout.

Par la suite, Herobrine s’est invité dans les affiches officielles et les dessins promotionnels du jeu, chaque mise à jour du jeu s’accompagnant d’un message bidon indiquant que cette fois-ci, c’est bon, Herobrine a été retiré du jeu. Il fut même un temps question d’ajouter officiellement Herobrine au jeu, mais comme la plupart des annonces et promesses de Notch, celle-ci n’a jamais été poursuivie jusqu’au bout et fut recréée par un fan, sous la forme d’un mod disponible ici (pour les curieux). Herobrine aura donc vraiment fini par exister…

#2 – Le thème de Lavanville – Pokémon bleu/rouge/vert/jaune

Si les premiers épisodes de Pokémon (versions rouge, jaune et bleue, cette dernière étant verte au Japon) sont dans un ton plutôt enfantin, un endroit du jeu détonne complètement : Lavanville (Lavender Town en VO). Dans l’histoire, il s’agit d’un hameau contenant la Tour Pokémon, vaste cimetière pour Pokémon hanté par les pokémons de type fantôme. Dans ces quelques mètres carrés du jeu, les musiques d’ordinaire plutôt enjouées sont remplacées par un thème sombre, lent, dissonant : Le fameux thème de Lavanville.

La version que nous autres occidentaux connaissons est déjà pas jouasse, mais celle de la version verte (remplacée par la bleue hors de l’archipel nippon) est encore plus maussade, triste, dérangeante. Selon des légendes urbaines aussi tenaces qu’improbables, elles auraient causé le suicide et le coma de plusieurs centaines de jeunes japonais joueurs de pokémon. Le fait est qu’elle contiennent des battements binauraux (plus d’infos sur wikipedia en français mais surtout en anglais).

Un battement binaural est un artefact sonore créé de toute pièce par le cerveau lorsque les oreilles gauche et droite sont exposées à des fréquences sonores légèrement différentes (moins de 30 Hz  de différence, ce qui est fort peu). Le cerveau enregistre donc une troisième fréquence qui n’existe pas (puisque basée sur les interférences entre les deux sons) : c’est le battement binaural. Ceux-ci peuvent avoir eux-mêmes des fréquences proches de celles des ondes cérébrales, et ainsi, modifieraient le fonctionnement du cerveau (notez l’usage du conditionnel dans la fin de cette dernière phrase).

Super schéma honteusement piqué sur ce qui semblait être un site de TPE de lycéens (toutes le sources sont bonnes à prendre, parfois).

Super hype dans les milieux un peu new age, les battements binauraux auraient des effets bénéfiques sur la mémorisation, la relaxation, soigneraient l’insomnie, feraient revenir l’être aimé et augmenteraient la taille du pénis. Enfin vous voyez le genre : aucun de ces effets n’a jamais été rigoureusement démontré. Il y aurait également des effets indésirables : du type augmentation de l’anxiété, effets sur la pression artérielle, voire… coma. Les battement binauraux auraient des effets sur le tronc cérébral, partie du cerveau située à la jonction de celui-ci avec la moelle épinière et régulant tout un tas de grandes fonctions vitales.

Mais le mieux est de vous laisser écouter le morceau en question. Comme la plupart des sites où je l’ai trouvé, je vais devoir vous avertir (en majuscules MEC !) de NE PAS ÉCOUTER LE MORCEAU AVEC UN CASQUE, NI DANS LE NOIR COMPLET, NI A VOLUME SONORE ÉLEVÉ. Ou si vous le faites, et que vous tombez les pommes, dans le coma, ou que si votre cerveau se transforme en compote, dites-le nous dans les commentaires (personnellement, j’y ai survécu, hein). Parait-il qu’il faudrait avoir moins de douze ans pour bien capter toutes les fréquences, je propose donc que TheRock fasse le test sur sa gamine.

Y-a-t-il des battements binauraux dans ce morceau ? Sûrement, comme dans pas mal de morceaux/ambiances sonores, pour peu qu’ils soient en stéréo. Il est probable qu’il y en ait aussi dans les grincements de votre porte d’entrée ou dans le générique de Plus Belle La Vie, de manière complètement involontaire, sans que ça affecte qui que ce soit.  Les battements binauraux ont-ils des effets sur le cerveau ? Possible, notamment lorsqu’ils sont présentés de manière répétée et en isolation sensorielle, même si la présence ou l’absence de tels effets n’a jamais été prouvée par des gens au moins un peu sérieux. Est-ce que ce morceau a envoyé plusieurs centaines de petits japonais au cimetière/à l’hôpital ? J’en doute, pour d’évidentes raisons de crédibilité.

Ce qu’il y a de sûr, c’est que le thème de Lavanville est une des musiques les plus marquantes de pokémon, et remplit parfaitement son rôle d’ambiance sombre et lugubre. Le nombre de creepypastas traitant de Lavander Town est énorme, avec des histoires (assez traditionnelles) fichiers démoniaques cachés dans les premières versions du jeu ou d’enfants morts hantant les cartouches de jeu. Quoiqu’il en soit, une belle preuve que cet épisode du jeu, tout aussi à part que sa musique l’est, a bien fait mouche chez les joueurs.

Lavanville : en vrai y a moins de sang.

#1 – BEN DROWNED – Majora’s Mask.

Zelda : Majora’s Mask est un jeu déjà bien creepy, à la base : cette histoire ultra-connue ne fait qu’en rajouter une couche. Tout commence comme un mauvais roman d’épouvante pour ado : un certain Jadusable (utilisateur de Youtube) raconta avoir déniché une « cartouche suspecte » de MM dans un vide-grenier des mains d’un vieillard énigmatique (trop crédible hein ?).

La cartouche en question contenant une sauvegarde nommée « BEN » qu’il finit par effacer, puisque les PNJ l’appelaient ainsi sur la nouvelle sauvegarde qu’il avait créé lui-même. La cartouche commença ensuite à complètement péter les plombs, faisant apparaitre des statues de Link (qui sont spawnées quand on joue l’élégie du vide en jeu), faisant glitcher le jeu à différentes reprises et réapparaitre la save effacée.

La suite est dans les 4 vidéos ci-dessous : message cryptiques, musiques qui se jouent à l’envers, gloubi-boulga de scènes toutes plus dérangeantes les unes des autres. point culminant du truc : lorsque les dialogues du jeu affichent tous un « you shouldn’t have done that «  (tu n’aurais pas dû faire ça) et que les sauvegardes se renomment d’elles-mêmes « BEN DROWNED » (BEN NOYÉ).

Y en a pour 25 minutes de vidéos, et franchement, ça vaut le coup d’oeil.

Selon la légende, Ben est un innocent petit ado s’étant noyé et ayant hanté une cartouche de Z:MM (ça change des manoirs et cimetières, faut avouer). Ben ne voulait pas être effacé. Après cette histoire, l’avatar de Jadusable (le malheureux acheteur de la cartouche hantée) changea en montrant une image de statuette de Link, et son profil indiqua comme lieu de résidence : « Now I am everywhere. »

On s’en lasse pas.

Au final, un hoax vraiment bien foutu, avec le hack des données de la cartouche réalisé avec maestria. Les vidéos sont ainsi réalisées avec des Actions replay, permettant de créer et d’exploiter des glitchs (plus d’infos ici, en anglais). l’ensemble est ensuite monté via un logiciel de montage. Ce creepypasta reste encore l’un des mieux réalisés, qui utilise vraiment bien l’ambiance malsaine de ce jeu.

Et bien entendu, Jadusable a avoué que tout était bidon, mais ces vidéos ont acquis un certain succès ; tellement que la traque de BEN a continué longtemps sur Internet, par le biais d’un ARG (jeu en réalité alternative, ou jeu de piste sur internet et dans le vrai monde). Citons notamment de faux sites web créés pour l’occasion, avec une secte désirant faire tomber la Lune sur Terre, BEN qui  communiquerait via Cleverbot, et j’en passe.

Un extrait soi-disant authentique de Cleverbot habité par BEN.

Cet ARG était alimenté par Jadusable lui-même et l’ensemble de l’histoire a acquis une telle notoriété qu’il est très courant, maintenant, de trouver une référence à BEN, une citation de ces vidéos ou encore une photo de la statue de Link quand on creuse un peu le sujet Majora’s Mask sur le web. Au final, un des hoax les plus connus et renommés de la sous-culture anglophone d’internet.

AU FINAL…

Si jamais d’autres histoires du genre vous bottent et que vous êtes en mesure de lire des pages et des pages dans un anglais approximatif d’adolescent en manque de sensations fortes, direction ce wiki, qui en regroupe plusieurs centaines.  Et n’oubliez pas de répondre au sondage pour élire votre creepypasta préférée !

Publié le 5 novembre 2012, dans Archives (Anciens articles), et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :