Original Soundtrack : The Witcher, coté ambiances apaisantes

En 2007 arrive une grosse surprise, un machin qu’on attendait pas, venu tout droit du trou de balle du monde, d’un endroit où on se demande s’ils ont même des ordinateurs : la Pologne. Cette surprise c’est The Witcher, RPG qui se démarque du lot par tout un tas de chose. Alors que la mode est aux mondes ouverts remplis superficiellement, aux univers proprets et à la création libre de perso poussé à l’extrême, The Witcher se pointe avec ses niveaux cloisonnés, son personnage principal imposé, son univers crado et ses quêtes très bien écrites. Pas exempt de défauts (PNJs clonés, temps de chargements très longs quelle que soit la bécane utilisée, crashs occasionnels) le jeu séduit la communauté par sa qualité remarquable d’autant plus qu’il s’agit du premier jeu de CD Projeckt, studio qui jusqu’alors n’avait fait qu’éditer en Pologne des versions traduites de Baldur’s Gate, Planescape : Torment et Neverwinter Nights (preuve de bon gout si vous voulez mon avis). S’ajoute à ça un suivit exemplaire notamment par la sortie d’une version corrigeant les défauts de la première et y ajoutant du contenu, offerte gratuitement à ceux qui avaient achetés celle de base. Un exemple que beaucoup de grosses boites devraient suivre …

 Ce qui fait une partie du charme de The Witcher c’est sa bande son aux accents très typés Europe de l’Est (Pologne oblige) à base de guitare acoustique, flutes, violons et clavecins. L’ensemble donnant quelque chose d’assez mélodieux et d’agréablement intimiste (on est clairement pas dans le Seigneur des Anneaux). On doit ce très joli travail au compositeur polonais Adam Skorupa, ses thèmes accompagnant très bien les longues balades dans la campagne qui compose une partie de The Witcher (l’autre étant fait de faubourgs glauques, de caveaux hantés par d’obscures bestioles peu amicales)

On commence par le très réussi River of Life, thème qui accompagnera un bon nombre de vos escapades campagnardes, notamment lorsque vous passerez au village de Murky Waters dans l’acte 4, une vrai bouffée d’air frais par rapport aux environnements dégueulasses et aux affaires sordides que vous aurez rencontre jusque là.

The Dike : que vous entendrez en longeant les bords du lac au sud de Murky Waters (oui j’ai joué en anglais, entendre Eaux Troubles tout le temps ça me gavait), lac dont les rives hébergent une troupe d’elfes quelque peu nécessiteux mais amicaux, une naïade qui vous demandera de l’aide et un prêtre homme-poisson un peu toqué. Mais surtout une sensation de paix et d’harmonie, magnifiquement retranscrit par la bande son (mon passage préféré restant les légères notes de clavecin accompagné de flûtes à partir de 5:46)

Et dans le genre un peu OVNI au milieu de tout ce symphonique, le générique de fin qui mélange violon et grosse guitare électrique un peu crado, ça tranche beaucoup par rapport au reste de la bande son (quoiqu’à un moment s’invite une espèce de tranche de death-industriel qui tache, non inclus sur le CD de la BO d’ailleurs) mais reste assez plaisant à écouter et dans l’esprit. Ça doit être ça la marque des grands …

Et comme nous sommes gâtés, 3 ans plus tard CD Projekt nous sort un deuxième opus : The Witcher 2 : Assassins of Kings. Aussi bon que son aînée il nous offre quelques excellentes musiques, toujours avec le sieur Adam Skorupa à la baguette, celui-ci délaissant un peu le coté Europe de l’Est de ses compositions précédentes mais gardant sa patte personnelle et accentuant le coté instrumental notamment par un certain nombre d’expérimentation à base de guitare acoustique plus poussée et de partitions plus douces.

Une bonne musique de taverne, incitant à la convivialité, à la picole, aux bras de fer et autres pugilats ainsi qu’à la causerie entre amis, une chouette musique si vous voulez coller de l’ambiance dans vos parties de jdr sur table. Notez au passage le chouette travail sur les percussions en très bonne adéquation avec le violon.

Sûrement le morceau le plus expérimental de The Witcher 2, beaucoup de guitare acoustique, une voix planante. Cette musique accompagnera vos déambulations dans la ville minière de Vergen, construite par les nains et aux mains d’une bande de rebelles anti-royaliste. Malgré l’armée qui se tient de l’autre coté de la vallée c’est sûrement le lieu le plus paisible du jeu, vous y croiserez de vieux amis et un paysage magnifique. Dommage que les choix que l’on fasse ne nous y amène pas nécessairement …

Musique du camp de guerre où le jeu commence, au pied d’une forteresse que le roi que vous servez assiège. La musique rend très bien ce coté martial avec l’usage des cœurs graves assez épiques tout en gardant la guitare acoustique et en mariant les deux (la dernière envolée de notes me file toujours un frisson)

A noter que The Witcher c’est pas seulement les balades mélancoliques et les musiques douces d’ambiance, mais ça, ça fera l’objet d’un autre article parce que là je suis vraiment en train de vous pondre un roman.

Publié le 23 octobre 2012, dans Archives (Anciens articles), et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :