RETRO TESTS – Yie-Ar Kung-Fu & Alien Highway Encounter 2 (Amstrad CPC 464)

Suite à l’écrasante victoire de l’Amstrad sur l’Atari lors du dernier sondage, vous avez choisit pour ce retro-test du kung-fu et de l’alien ! Je me suis donc remis d’humeur joyeuse sur mon Amstrad CPC 464 pour retrotester ces 2 jeux rien que pour vous !

YIE AR KUNG FU

On commence par ce jeu de Kung-Fu. Sorti en 1985 sur borne d’arcade, Yie Ar Kung Fu (« Yie Ar » voulant dire « un deux » en chinois) a ensuite été adapté sur plusieurs supports 8 bits et notamment l’Amstrad CPC464. Et si ce retrotest vous aura donné envie d’y jouer, vous pouvez également le retrouver sur le XBLA (Pour la petite info, le High-Score de la mort qui tue est détenu par un dénommé Antonio Colangelo avec 534340pts, record établi le 9 septembre 1985).

 Oolong, votre combattant, doit affronter un à un les 8 personnages ennemis proposés, chacun ayant leur propre style de combat, allant du sumo au ninja, en passant par l’expert du nunchaku (tiré du film « Le Jeu de la mort » avec Bruce Lee) ou d’un sabre, pour finir par un boss final qui n’est autre que votre jumeau ! De la diversité dans toute sa splendeur. Bien évidemment le niveau de difficulté augmente au fur et à mesure des stages. Une fois les 8 personnages au tapis, on reprend depuis le début afin d’améliorer son high-score. Voilà pour l’histoire.

Commençons notre critique par les environnements et la physique des personnages. Coté graphismes, seulement 2 décors de fond sont proposés. La montagne et la rue devant un habitat typique chinois ! (La montagne aussi d’ailleurs rappelle bien cette contrée). Certes c’est peu, mais ils ne sont toutefois pas désagréable, et surtout on n’y fait peu attention…

La modélisation des personnages est là aussi très caricaturale de la Chine. Tout les styles y passent, avec leur tenue et arme traditionnelle ! Chaque personnage est haut en couleur, et leur « bonhommie » les rend carrément charismatique ! Pour conclure, nous ne sommes pas en présence d’un monstre de graphismes, mais pour du CPC, c’est plutôt sympathique.

Et la bande son dans tout cela ? Là encore, le style chinois et conservé. Une petite musique composé de quelques notes ici et là, dans les tons aigues, se prête parfaitement bien à l’environnement. Seule hic, il n’y a qu’une seule musique dans tout le jeu, qui passe en boucle… Un peu lassant donc.

Nous arrivons maintenant au plus important, le gameplay !

Aux touches du clavier ou au joystick, votre karatéka peut se déplacer de gauche à droite, et peut également sauter (mais sans pouvoir frapper…). Il a une belle palette de coups car vous avez la possibilité de déclencher un coup de poing ou un coup de pied différent selon la direction sur laquelle vous allez appuyer (combiné au bouton d’action) parmi les 8 proposés par le Joystick. De plus, la touche « bas » proposera non pas un mais deux coups différents selon la distance qu’il y a entre les 2 combattants. Il vous est donc possible d’effectuer une dizaine de coups différents ce qui est énorme pour l’époque. En revanche, les coups sont parfois long et les enchaînements sont parfois impossible, la faute à une réactivité faiblarde entre le moment où vous appuyer sur le bouton d’action et où le coup est retranscrit à l’écran… De plus, si un adversaire arrive à enchaîner plusieurs coups d’affilés, votre avatar restera comme cloué sur place, à se prendre à la rafale de coups, parfois jusqu’au KO. Rageant ! Heureusement, vous pouvez faire de même, et si vous parvenez à coincer votre adversaire dans le coin de l’écran, vous pourrez de bombarder de coups et ainsi l’achever !

La difficulté est comme la plupart des jeux de l’époque, très élevée. A vous de voir si vous aimez relever les challenges ou non. Sinon, vous pourrez vous rabattre sur le mode 2 joueurs et affronter un de vos amis, ce qui est également un bon point sur la durée de vie de la cassette (ben oui, à l’époque c’était des cassettes sur Amstrad… Pour les plus jeunes, c’est ça une cassette !)

L’ancêtre des disquettes, des cartouches, puis des CD, puis des DVD, puis des Blu-Ray

Une disquette, c’est ça ^^

LES PEGI DU ROCK

Vous l’aurez compris, seuls les (jeunes) vieux (semi) no-life comme moi pourront apprécier ce jeu. C’est un bon petit jeu de combat. L’immersion est totale, on voyage au pays des arts martiaux et c’est un régal. Les combats sont variés grâce aux nombreuses combinaisons proposées. Le défaut récurrent pour un jeu de cette époque, son coté répétitif… mais ce n’est qu’un détail.

Pour les autres, ils risquent de me rire au nez… Mais bon, testez-le si vous en avez l’envie, toute expérience est bonne à prendre. Moi, perso, je kiffe !

ALIEN HIGHWAY ENCOUNTER 2

Egalement disponible sur ZX Spectrum et Commodore 64, cet espèce de Shoot Them Up en 3D isométrique où l’on doit réfléchir où tirer, est sorti en 1985.

Nous voilà attaqués par des créatures extraterrestres qui ont pris possession… d’une autoroute. D’où son titre… Hum… Ouais, à l’époque, les drogues dures existaient déjà ! Mais nous n’allons pas se laisser emmer#$* par des bestioles tout droit venu de l’espace ! Envoyons-leur notre dernière invention, une armée de robots appelés « Vortons » dont la mission sera d’atteindre leur vaisseau mère extraterrestre pour le faire exploser grâce à une bombe en forme de pyramide qu’ils traineront tout au long du parcours. Le décor est posé, nous pouvons passer à l’action.

Votre armée est composée de 5 robots. Vous n’en dirigez qu’un à la fois. Dès que votre robot se fait détruire, le suivant prend sa place. Vous avez donc tous compris que vous bénéficiez de 5 vies au total pour réussir votre mission. Attention toutefois, les robots au repos sont vulnérables et peuvent être détruits par les ennemis. Il faut donc être très attentif et les couvrir ! Il vous faudra également les faire avancer, et ils avancent tout seul en fait ! Seul un obstacle placé sur leur route les fera s’arrêter. Pensez à préparer le terrain avant de les faire avancer.

La distance qui vous sépare du vaisseau mère est de 30 tableaux. Chaque tableau comporte son lot d’aliens et d’obstacles que vous devrez déjouer. Pour pimenter la chose, un temps limite vous est imparti. Il va donc falloir prendre des décisions rapidement et agir précisément. Si vous parvenez au bout des 30 tableaux, vous recommencerez le jeu en conservant votre score. Oui, comme 99% des jeux à l’époque, le High-score est un des objectifs principaux !

Le robot que vous dirigez peut se déplacer dans 8 directions. Il peut également se déplacer plus ou moins vite, selon votre besoin. Enfin, il peut tirer jusqu’à 3 cartouches pour éliminer ses ennemis. Attention, le moindre contact avec ces derniers sera mortel !

Les ennemis ! Ils sont de différentes formes. Certains se déplacent dans tout les sens, parfois à travers plusieurs tableaux (vous aussi d’ailleurs vous avez la possibilité de revenir dans les tableaux précédents ce qui était chose rare en ce temps-là). Il va donc falloir viser juste.

Les autres ont une trajectoire linéaire définie, et sont invincibles ! Dans ce cas, il faudra user des objets (bidons, piliers) mis à votre disposition pour les bloquer dans un coin de l’autoroute.

Un petit mot sur les graphismes. Le jeu est en grande partie noir et blanc, avec quelques touches de couleur sur les décors environnants. Ce contraste est bougrement bien fichu et le rendu final est de toute beauté (pour du CPC, hein !). De plus, l’animation est fluide ce qui rend la maniabilité excellente. Malgré tout le jeu reste difficile et exigeant.

Pas grand-chose à dire sur la bande-son qui est inexistanteSeuls quelques bruitages (explosion, tirs, collisions) sont présents. Pourquoi ne pas écouter en parallèle le dernier single de Faudel ? (OK je sors…)
LES PEGI DU ROCK

Voilà un jeu parfaitement réussi avec une difficulté bien dosée. Contrairement au précédent jeu Yie-Ar Kung-Fu, Alien Highway est moins exigeant en terme de gameplay, et le mélange réflexion / shoot them up fera mouche !

Publié le 11 octobre 2012, dans Archives (Anciens articles), et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :