Wallpaper de la semaine #43 : Team Fortress 2

On ne présente plus ce très bon titre qu’est TF2, mais puisque c’est mon anniversaire aujourd’hui, je m’en fous et je le présente quand même. Comme Counter Strike, Team Fortress est un mod qui tournait à l’origine sur l’indéboulonnable moteur de Quake III, qui fut recréé avec celui de Half Life, pour enfin être porté sur le Source Engine (moteur d’HL2, de CS:Source et de Portal). Le développement de TF2 fut particulièrement long (quasiment neuf ans, de mémoire), avec beaucoup de reprises du développement « from scratch ».

Quoiqu’il en soit, TF2 sortit en 2007 au sien de la fameuse Orange Box, avant de passer Free-to-Play sur Steam en 2011. FPS multi, plutôt tactique, basé sur des classes de personnages et une tonne d’équipements, TF2 est maintenant connu comme un jeu de qualité (tant dans la technique que dans le gameplay), un titre qui a su montrer que le photo-réalisme n’est pas une obligation, l’un des modèles économiques les plus novateurs et surtout, un jeu bénéficiant de DLC gratuits de manière très régulière. Depuis 5 ans que le jeu est sorti, il ne se passe une semaine sans que Steam mette le jeu à jour (celui-ci pèse à présent 10 Go, dont 90% de contenu additionnel !).

Bref, si vous possédez un ordinateur et que vous êtes connecté à internet, clic clic ici pour installer et tester gratuitement (via Steam) ce petit bijou qui rejoint CS, HL, et Portal dans la catégorie des jeux Valve emblématiques. En attendant, vu le design cartoon-années 60-vieux film d’espionnage, l’auto-dérision et la dose de WTF que possède ce titre, il serait criminel de ne pas y dédier une rubrique.

[clic droit -> afficher pour avoir l’image en haute résolution.]

Les neuf classes de personnages :

La force de TF2 tient dans ces neuf grandes gueules, identifiables au premier coup d’oeil, d’aspect cartoon mais pas niais, avec des caractères bien trempés. Passage en revue des troupes…

Le Scout : contrairement à ce que son nom indique, il ne servira pas d’éclaireur mais va plutôt harceler l’ennemi en prenant l’avantage sur lui grâce à sa vitesse et à son double saut, et sera un perso de choix pour effectuer les capture de documents ou de zones.

« Trop. De. Caféine. » 1920*1200 pixels.

Le Soldier : délicieusement con et délibérément bas du front, le Soldier est une classe facile à prendre en main (beaucoup de HP, un gros lance-roquettes) mais pas dénuée de subtilités. la légende veut que cette classe ait été intégrée au jeu juste pour pouvoir faire des rocket-jump.

« Je suis un homme-canon ! » 1680*1050 pixels.

Le Pyro : classe conseillée aux débutants, ce personnage (dont l’identité sexuelle reste un mystère, religieusement entretenu par les dévs) excelle pour les assauts dans les couloirs étriqués et la défense de position, là où la faible portée de son lance-flamme n’est plus un inconvénient. Comme le Soldier, elle n’est pas dénuée de subtilités : par exemple, un clic droit déclenchera un airblast capable de renvoyer les roquettes en plein vol (et ça, c’est la classe).

« Mmmphh mphhhh mphhh !! » 2560*1600 pixels.

Le Demoman : Alter-ego noir et écossais du Soldier, ce personnage manie un lance-grenade ou un lanceur de mines télécommandées, bien que des nombreux objets l’affublent d’épées et de boucliers et en font un perso « melée-only ». Utilisable aussi bien en attaque qu’en défense, Le Demo nécessite un peu de connaissance des maps pour être utilisé correctement, avec un potentiel destructeur très important.

« Boom Boom Baby ! » 1920*1200 pixels.

Le Heavy : une montagne de muscles, d’origine russe, affublée d’une gatling à la puissance de feu sans commune mesure et d’un nombre de HP indécent, le Heavy est bien souvent la carte à jouer pour capturer un point stratégique ou une position fortifiée dans une partie qui s’enlise. C’est également l’une des classes préférées pour les newbies. Bien entendu, c’est aussi une cible de choix pour toutes les autres classes plus agiles…

« Le Heavy n’est pas stupide, il n’est pas votre ami, et il souhaite généralement que vous vous la fermiez avant qu’il ne doive vous la fermer. » 1920*1200 pixels.

L’Engineer : c’est l’une des classes à part de TF2, puisque ce bonhomme jovial, texan et joueur de guitare est capable de bricoler (entre autres) des tourelles de tir automatiques (avec des roquettes, MEC !). Avoir un bon Engie dans son équipe est généralement une très bonne chose, puisque selon le positionnement de ses constructions, la partie peut passer de la guerre des tranchées à une promenade de santé (ou inversement).

« J’aime construire des choses. » 1280*1024 pixels.

Le Medic : équipé de son medigun, le rôle primaire du Medic est de refiler des HP à ses camarades sur le champ de bataille – ce qui fait se remplir une jauge. Une fois celle-ci pleine, il peut libérer quelques précieuses secondes d’invincibilité (la fameuse Übercharge, ce qui trahit ses racines allemandes) et ainsi avoir un rôle tactique non négligeable dans une partie. C’est également le meilleur ami (d’aucun diront le petit copain) du Heavy, tant leurs capacités sont complémentaires.

« Prepare you for examination. » 1680*1050 pixels.

Le Sniper : Bien évidemment armé d’un fusil à lunette (ou d’autres armes à distances plus exotiques, telles qu’un arc), ce sniper d’origine australien est capable de tuer net n’importe quel ennemi à coups de headshots critiques. Il possède également l’une des armes secondaires les plus amusantes du jeu, à savoir un bocal d’urine à jeter sur les ennemis trop proches.

« En fin de compte, tant qu’il reste encore deux personnes en vie sur Terre, l’une va vouloir refroidir l’autre. » 1680*1050 pixels.

Le Spy : Un espion capable de se déguiser en membres de l’équipe adverse, de se rendre invisible et de faire des backstabs mortels en plus de se taper la mère du Scout (véridique) : ce personnage ne pouvait être que français. Quoiqu’il en soit, son style de jeu est vraiment à part du reste des classes et mériterait presque un jeu à lui tout seul.

 » Inever really was on your side. » 1920*1080 pixels.

Avant d’aborder un peu le level-design, arrêtons nous quelques instants sur la création de la charte graphique cartoonesque de TF2. Comme expliqué dans les commentaires du jeu (à activer dans le menu principal du jeu) par les dévs, TF2 a subi au moins deux reboots total de son développement (doù les 9 ans de développement, oui, oui).

Le jeu a en effet eu pendant un certain temps des graphismes réalistes (du même style que ceux de CS:Source, mais cela posait des problèmes aux dévs, qui ne savaient pas vraiment justifier le fait que deux équipes ennemies avaient des bases séparées de quelques centaines de mètres seulement. De même, les idées de gameplay (medigun improbable, périosde d’invincibilités, double-saut du Scout, Rocket-jumps, tirs critiques et autres montres d’invisibilités) collaient mal avec un jeu de tir réaliste/contemporain.

Le véritable développement de TF2 a donc fait un saut lorsque le design final, cartoonesque et simplifié par rapport à la tendance générale que prenaient les JV, a été adopté. Ainsi, les gens de chez VALVe ont échafaudé un background débile, propice à l’affrontement de troupes de mercenaires dans des décors s’inspirant de l’Amérique des années 1960, avec un petit coté film de série B d’époque. Cela leur a permis de designer les personnages de manière à ce qu’ils soient tous directement différentiables dans le feu de l’action, et de faire du level design délicieusement non-réaliste.

TF2 oppose donc deux entreprises, les BLU contre les RED, contrôlant secrètement chacun la moitié des gouvernements de la planète et s’affrontant, par équipes de mercenaires interposées, pour le contrôle de ressources naturelles. On notera la mimique débile de la guerre froide…

Les BLU, pour Builders League United (ligue des constructeurs unis) ont donc pour leurs bases un style industriel, très propre…

1920*1080 pixels.

1920*1080 pixels.

… Alors que les RED, pour Reliable Excavation & Demolition (Excavateurs et Démolisseurs Efficaces) ont une architecture plus faites de tôles ondulées et et planches clouées à l’arrache.

1920*1080 pixels.

1440*900 pixels.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur TF2 : l’équilibre des classes, des équipements, les courts métrages ou le contenu de l’une des quelques 308 mises à jour que le jeu a subi depuis son lancement, mais ce sera pour une prochaine fois. On se contentera de quelques fonds d’écran pour clore ce trop long article, et notamment les détournements du portrait de famille officiel, tous plus cons les uns que les autres.

C’est celui-là l’officiel… 2040*1390 pixels.

1024*640 pixels.

1562*840 pixels.

3150*2400 pixels.

2000*1200 pixels.

1920*1200 pixels.

1598*695 pixels.

Publicités

Publié le 27 août 2012, dans Archives (Anciens articles), et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :