TEST – New Super Mario Bros. 2 sur 3DS

Le temps passe vite n’est-ce pas? Il y a quelques mois, on nous avais promis un nouveau Mario… Le «Mario 3D Land» est presque oublié que Nintendo nous offre une suite à la saga «New Super Mario Bros».

Donc pour ceux qui dormaient au fond de la classe (la chaleur certainement), cet épisode est en 2D classique mais la 3DS offrant des effets de profondeur, il aurait été dommage de ne pas mettre cette technique à profit. Au premier regard, la 3D ne blesse pas les yeux (comme sur certains titres). Chose amusante, les décors en mode 3D sont flou. Mais dans la réalité, si vous prenez une photo, l’arrière plan ne sera jamais aussi net que le premier plan. Ca ne parait pas mais j’ai trouvé ça bien fait.

Continuons dans les graphismes, ils sont ma foi fort réussi. Allié avec la mise en scène du boss final, franchement c’est du plus bel effet (avec les braises qui volent dans l’air). Le design des personnages lui aussi ne déroge pas à la règle. Cependant, malgré la présence de nouveau monstres, je trouve qu’on vois un peu trop souvent les mêmes têtes. C’est sympa de retrouver la famille de Bowser (avec ses fils et filles), mais ceux qui ont fait Mario 3 et Mario World auront un sentiment de déjà vu. Il est vrai que ça peut aussi activer la carte «nostalgie» chez le joueur. Mais le boss avec les rhinocéros sur des plates formes qui tournent est carrément pompé sur Mario World.

Pour ce qui est des nouveautés de gameplay, dieu merci elles sont plus nombreuses. Franchement j’ai eu un peu peur d’une suite bien réalisée mais sans grand apport. Il y a des petites choses qui font plaisir. Pour commencer, même si on peu terminer le jeu en très peu de temps (6 heures), l’intérêt est quand même de ramasser 1 000 000 de pièces (surprise je ne spoil pas plus). Pour ça, il faudra bien sur jouer normalement, ouvrir les deux mondes cachés plus celui d’après Bowser. Mais il existe des petites Power Up fort sympa qui forcent à scorer un minimum histoire de faire monter votre compteur de pièces.

Le Bloc Doré par exemple, quand il vous squatte la tête comme un bouffe tête dans Futurama, il transforme chacun de vos pas en pièces. Et plus vous allez vite plus le compteur monte. Bien sur ce Power Up n’est pas illimité dans le temps et si vous vous faites toucher vous le perdez. La Fleur Dorée, elle transforme les ennemis en pièce. Si vous sautez sur un Koopa et que vous le lancez, suivez le vite car il perds énormément de pièces. Toutefois faire attention car, les Koopa ça peut être traitre et on a vite fait de ne pas anticiper un rebonds et de se le prendre en pleine poire. Les classiques pièces rouges (8 à trouver) sont de la partie. La surprise est quand même la possibilité de récupérer des pièces pendant les crédits de fin. Pour dire que l’essence du jeu est le «scoring» (ou la course aux pièces).

On retrouver aussi les 3 gros médaillons dorés dans chaque niveau, ils vous serviront à ouvrir des emplacements sur la carte. Un conseil, ne les gaspillez pas car après avoir battu Bowser, un nouveau monde s’ouvre. Et il faudra payer l’accès en médaillons (80 si ma mémoire est bonne). Il y a aussi deux mondes cachés que l’on peut débloquer mais sans avoir à payer l’entrée.

Chose un peu bancale, l’impossibilité de sauvegarder où l’on veut tant que l’on a pas battu Bowser. Pour un jeu sur une console portable, j’ai trouvé ce choix un peu ridicule. Surtout qu’il existe une option sauvegarde rapide mais lors de la reprise vous devrez impérativement atteindre un point de sauvegarder avant d’éteindre la console sinon la progression sera perdue. Après avoir dégommé ce gros tas de Bowser vous pourrez sauvegarder quand bon vous semble.

A part les musiques (Koji Kondo est crédité pour les musiques) qui souvent consistent à des remix (assez réussis je dois l’avouer), les nouveautés sont de bon goût et particulièrement bien choisi. On a toujours un jeu addictif et  amusant. Mais une chose que je ne comprends pas c’est sa difficulté. Pourquoi le jeu est-il aussi facile? Si c’est pour ne pas rebuter les débutants mettez un menu comme à l’ancienne où l’on peut choisir son niveau de difficulté. Si comme moi vous avez rejoué à Super Mario Bros. 2 : The Lost Level récemment, ça va vous faire un choc. Le concept de la course aux pièces, est bien vu car il rallonge considérablement la durée de vie du jeu. Le mode Coin Rush s’inscrit dans cette mouvance et vous fera faire 3 niveaux aux hasard dans le but de faire du scoring. Sans être le meilleur Mario de tous les temps, il est vraiment sympa. Après la grande question est : ce jeu va t-il fait bondir les ventes de 3DS? C’est au public d’en décider.

Publié le 22 août 2012, dans Archives (Anciens articles), et tagué . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. très bon test : en ce qui concerne le jeu, il est unanimement apprécié… Concernant la difficulté, c’est sûr que le cœur de cible de la 3DS ne joue pas en la faveur de modes hardcore, qu’il serait plutôt. Sinon, Koji Kondo ne travaille plus depuis quelques temps déjà avec Nintendo, il doit être crédité pour les anciennes chansons reprises des anciens épisodes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :