Wallpaper de la semaine #39 : retour sur Deus Ex : Human Revolution

Alors que le précédent article de cette rubrique sur DX:HR n’en finit pas d’attirer des visiteurs, j’ai pensé qu’il ne serait pas idiot de remettre un peu le couvert sur cet excellent titre qu’est ce fameux Deus Ex 3… d’autant plus qu’on approche doucement de son premier anniversaire (le jeu est sorti fin août 2011) et que j’ai fini par m’y attacher drôlement.

(Clic droit -> afficher pour avoir les images en HD, mec).

Si DX:HR avait été un film d’action des années 80, voilà ce qui aurait pu être son affiche. 750*1178 pixels.

Alors en fait, j’étais parti sur ce Deus Ex dans la ferme intention de jouer à un FPS ; mais un vrai, sans utiliser ce système de cover à la troisième personne (blasphème pour le fan de jeu en vue subjective que je suis).  Grave erreur : DX3 n’est pas plus un FPS que Skyrim ou Minecraft, par exemple, tout deux se jouant en vue subjective.

« Zut, j’ai plus de pain ! Et la boulange qui ferme dans 5 minutes, si ça se trouve j’vais devoir me taper du pain de mie pendant tout le week end ! Pas une minute à perdre ! » *dégaine son 9 mm et s’en va* 2640*1980 pixels.

Petit screenshot pour la route. Notez le rendu final très propre malgré une base graphique pas si transcendante : du bon boulot pour les gens d’Eidos Montreal qui ont su utiliser intelligemment les machines et produire un jeu techniquement réussi. 1280*720 pixels.

1920*1080 pixels.

Admirez le petit côté très film noir/matrixien de ce concept art… 1600*1200 pixels.

Une fois ce cap psychologique passé, j’ai pris énormément de plaisir à arpenter furtivement les niveaux du jeu, à apprécier les filtres et éclairages particuliers qui lui confère un aspect très propre et très personnel. En bref, DX:HR est un très bon jeu, qu’on a tort de catégoriser dans le même sac que d’autres jeu de tir. Il se rapproche en effet bien plus d’un Metal Gear que l’on jouerait en vue subjective (et donc bien plus immersif). La multiplicité des approches permises (furtif/bourrin, chemins alternatifs, missions secondaires, etc…) ne fait qu’améliorer un ensemble de gameplay déjà très convaincant.

Detroit, ville du polar et des flics robotisés par excellence… 1920*180 pixels.

Des néons, des prostituées, des milices privées qui patrouillent avec des fusils d’assaut dans des ruelles sordides : les ingrédients typiques d’un bon cyberpunk réussi. Notez les effets de bloom et de HDR qui finissent de donner un enrobage classieux à l’ensemble. 1280*720 pixels.

L’arrivée en hélico sur l’île d’Hengsha (détroit du Yang Tze, face à Shangai) et sa double ville en terrasse a été l’instant « Wow ! » du jeu, pour ma part… 1920*816 pixels.

Quoique décriée pendant le développement du jeu, la palette graphique du jeu noir/jaune pipi remplit bien son office et donne à l’ensemble une vraie belle cohérence graphique. 2560*1440 pixels.

De même, le background du jeu me semblait assez téléphoné à la base : le traditionnel questionnement « suis-je encore humain, maintenant que mes bras, mes jambes, prémolaires et organes copulatoires sont des prothèses biomécaniques », déjà vu dans Ghost in the Shell par exemple, m’apparaissait un peu léger… Mais DX3 a été conçu comme JV d’anticipation plus que de SF et la plupart des technologies évoquées (ainsi que les dilemmes qui les accompagnent) sont assez crédibles : un bon point.

1141*784 pixels.

Les fausses pubs pour Sarif Industries, qui produit les prothèses cyber-slash-bio-slash-augmented-slash-mecaniques du jeu sont elles aussi très classieuses. 1526*775 pixels.

Transhumanisme (abrév. : h+) : courant de pensée qui cherche à améliorer la condition humaine via la technologie. Et notamment en rajoutant des ports ethernet sur les bébés en gestation. 1600*1957 pixels.

Petit fan art gentillet qui permet à RNG de se doter d’une image de femme dénudée \o/ 1200*919 pixels.

Dernier argument en faveur de ce DX:HR : alors que la plupart des portages de JV d’une version console vers le PC sont fait à la va-vite et rendent certains jeux très laborieux à pratiquer (Crysis 2 par exemple), Deus Ex profite énormément, dans sa version PC, de quelques ajouts simples mais efficaces. Réglages divers de la souris, du FOV, HUD pensé pour le clavier, etc. De très simples options qui augmentent sensiblement le confort de jeu sur PC (et cela nativement), propulsant ainsi ce Deus Ex 3 au rang de référence en matière de portage vers le PC réussi.

Mesdames et Messieurs, en exclu mondiale pour RNG, le seul fond d’écran DX:HR qui ne soit pas jaune et noir. 1920*1080 pixels.

2048*1365 pixels.

Ma conclusion sur ce Deus Ex 3 est donc : jouez-y, mangez-en, refaites-le en passant par les conduits d’aération, tentez l’histoire en mode « no kill », il le mérite largement. Et on le trouve sur le PSN et Steam a des tarifs régulièrement très avantageux.

Publicités

Publié le 30 juillet 2012, dans Archives (Anciens articles), et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Excellent jeu, artistiquement irreprochable notamment par son mélange entre le cyberpunk et le style artistique Renaissance (notamment dans des endroits comme le bureau de Sariff où trone la leçon d’Anatomie de Rembrandt ou l’apart d’Adam avec ses abats ciselés). La charte graphique a le mérite de bien passer d’autant qu’elle sort pas mal du code couleur du cyberpunk qui est en général plus orienté bleu/gris/blanc. Juste la fin qu’est mal orchéstrée mais en soit c’est un opus qui n’a pas à rougir face à ses deux ainés.

    • en fait, il y a environ 10 ans, la palette de graphique utilisée par absolument tout le monde pour donner un air « cybernétique t’as vu » était le noir/vert pomme ordinateur issu des PC des ’90s (cf matrix, ghost in the shell, et plus proche de nous, Crysis). maintenant c’est le jaune avec bloom sur fond noir, cf Syndicate et EYE par exemple.

  2. Ouef Syndicate c’est pas franchement jaune, de ce que j’ai vu (et je me suis tappé le jeu en walkthrough sur youtube) c’est à dominance de blancs flashy et de bleus pales, trés loin du jaune Deus Exien, ceci dit E.Y.E c’est déjà plus le cas même si j’ai tendance à penser qu’il utilise bien plus le brun et l’ocre que le jaune. Aprés la perception des choses hein ….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :