Les aventures de Moktar sur Atari ST

Les aventures de Moktar

Testé sur Atari ST

Année 1991

édité par Titus

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après un premier test où je fut confronté au «bon goût» de Hotel Mario, on va chers amis rester dans le bon goût mais dans le bon goût de la France (pour citer les Robins des Bois). Titus fleuron national de l’incompétence vidéo-ludique, qui nous pondra quelques années plus tard : Superman 64. Un jeu réputé par sa classe et on gameplay en avance sur son temps.

A la vue de ces lignes d’introduction les plus observateurs se disent : il va nous sortir un bon vieux bousin de derrière les fagots. Et bien en fait non. Car le jeu (et nous allons le voir) est bon, il a de bonnes musiques. Seul son «pitch» fait en sorte qu’on puisse en rire et trouver ça débile.

Car le jeu est basé sur un bousin des années 90, j’ai nommé : la Zoubida. Pour ceux qui ne souviennent pas, Vincent Lagaf’ (l’animateur de TV) avait sorti une «chanson» sur une fille appelée «La Zoubida». Pour synthétiser l’essence de cette parle de la chanson française, la Zoubida voulais sortir avec un dénommé Moktar (qui selon la chanson avait volé un scooter doré). On touche quand même à la bêtise et au gros cliché (voir au racisme mais je ne rentrerai pas dans ce débat).

C’est là que Titus Interactive (un éditeur bien de chez nous) arrive et propose à Lagaf’ de faire un jeu adapté de sa chanson… Initiative mêlant l’appât du gain à une chanson un poil douteuse. Enfin bref, c’est donc dans cet esprit que sort « Lagaf’: Les Aventures de Moktar — Vol 1: La Zoubida ». Jeu qui sortira sur Atari ST (version testée), Amiga, Amstrad CPC et Game Boy Color (dans sa version sans Lagaf’ appelée Titus the Fox).

Donc le scénario du jeu (vous déconnez mais y en a un) : sauver la Zoubida et aider Moktar (incarné par Lagaf’) à traverser des lieux divers et variés comme le métro, l’Egypte ancienne, etc… Ce qui frappe de prime abord c’est que le jeu est loin d’être moche. A vrai dire, pour un jeu sorti en 1991 il est encore agréable à l’oeil. Surtout sur les ordi de l’époque qui avaient soit des graphismes moches soit un gameplay mal dosé. Les sprites sont jolis et malheureusement on reconnait que trop bien Vincent Lagaf’ (rien de personnel envers lui). Par contre les sprites des ennemis même si ils sont de bonne qualité oscillent entre le cliché et le « border line ». Entre les skinheads, les chien d’attaque et les africains qui se baladent avec un couteau et une fourchette il y a toute la palette des couleurs de l’arc-en-ciel du mauvais gout.

Les musiques. J’ai du mal à l’avouer mais les remix de la «Zoubida» version «chip tunes» ont un certain charme. Au bout de 5min je me suis même surpris à trouver ça agréable. Les bruitages sont par contre sans charisme et un détail deviens vite énervant. Quand on ramasse un item, un son qui dit «Lagaf’» reviens sans cesse alors imaginez quand vous ramasser 5 items à la suite…

Les niveaux sont à la fois nombreux et variés. Ils sont l’archétype même de ce que j’attends d’un jeu de plate-forme rétro. Du labyrinthe, de l’action, de la réflexion, un zeste de frustration avec une point de difficulté parfois mal dosée.

Côté gameplay c’est très simple, Moktar peut sauter et ramasser des objets pour les lancer dans quatre directions (haut, bas, gauche, et droite). Il peut aussi ramper et rebondir sur des trampolines. Comme aucun système de sauvegarde n’a été prévu, il y a des mots de passe. Mais ces passwords il va falloir les mériter. Car ils n’apparaissent pas à la fin de chaque niveau. Il faudra ramasser un item en forme de «lampe du génie» pour découvrir le password du niveau en cours.

Pour terminer, un plus que décent. A vrai dire, même si je commence seulement à redécouvrir l’Atari ST c’est l’un de mes préféré (même si il existe des jeux bien meilleurs sur Atari ST). Et ce n’est pas à cause du scénario c’est le jeu en lui même. Sans cette licence débile, la question (raciste/mauvais goût) n’aurait pas lieu d’exister car dans la version sortie hors du territoire français (Titus the Fox), seul les musiques et le sprite du héros ont été changé (Lagaf’ est remplacé par un renard). A découvrir, pour la curiosité ou par chalenge (le jeu est loin d’être facile).

Publicités

Publié le 3 juillet 2012, dans Archives (Anciens articles). Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Celui-la, il est collector ma foi :)

  2. Le prochain test sera un jeu plus « conventionnel ». Je travaille déjà dessus.

  3. A noter que Titus rachetera en 2001 Interplay alors que celui-ci est en train de s’effondrer suite aux conneries de Brian Fargo. D’ailleurs ça ne fera pas que du bien vu que Titus s’entetera à pousser Interplay à développer sur le support console, une décision qui déservira profondément le studio vu que ceux-ci étaient plus orienté sur le PC et le CRPG. Ca entrainera un certain nombre de disputes internes notamment parce que Fargo a privilégié Dark Alliance 2 face à Lionheart que Black Isle (propriété d’Interplay à l’époque) développait à l’époque. Résultat deux ans plus tard quasi tous les membres de Black Isle claquent la porte. Et chose amusante Titus clamse l’année suivante, croulant sous les dettes et les procés pour frais impayés (le loyer des locaux n’était plus payé depuis deux ans et les employés non plus)

    Ils étaient fort vous trouvez pas ?

  4. Quand je vois un jeu comme ça jme dis : éclectisme c’est bien mais parfois non (en fait). Excellent test sinon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :