RETRO-TEST – Spy Vs Spy (Nes)

La parole fût donnée au Retroextgeneur ! Et la foule à choisit l’élu du prochain Retrotest ! Spy Vs Spy sur Nes. La plupart d’entre vous ne le connaissent certainement pas, alors c’est une bonne occasion de le découvrir.

WIKIRETROPEDIA

Un peu d’histoire… Spy Vs Spy (espion contre espion) est un jeu d’action stratégie sortie sur divers micro-ordinateurs et consoles de salon, (et même jusque sur PS2 en 3D mais le jeu est complètement raté) et notamment surla Nes en 1988. Tiré du comic comique (ah ah !) américain du même nom (je le découvre en même temps que vous !!!), le but du jeu est, en un contre un, contre l’IA ou contre un ami, de récupérer une mallette avec ces 4 artefacts et de s’enfuir avant son ennemi, dans le temps imparti.

Vous voilà donc projeter en début de partie dans une ambassade contenant peu ou beaucoup de pièces selon le niveau choisi (8 au total), et vous devez donc la fouiller de fond en comble afin de récupérer la précieuse mallette et ces 4 objets de valeurs (un sac d’or, une clé, un passeport et des documents secrets). Bien entendu, il vous faut agir vite car vous n’êtes pas le seul sur le coup !

SANKA T’ES MORT ? YEAH MAN !

Un second espion a également infiltré l’ambassade et est à la recherche de la même chose que vous. Si vous croisez son chemin, n’hésitez-pas à le combattre à mains nues. Vous pouvez aussi vous aider d’une matraque ou d’un couteau si vous parvenez à les dénicher. Dans ce cas, vous n’aurez aucun mal à vous en débarrasser. En revanche, si c’est lui qui est en possession de l’une de ces armes, un conseil : fuyez et combattez-le à distance. Comment ? Il est bien évident que fouiner bêtement les divers salles proposées tout en collant deux trois mandales à votre adversaire dans le cas où vous le croiseriez est vraiment dénué d’intérêt. Aussi, vous aurez la possibilité de piéger les pièces dans lesquelles vous passer, et ainsi faire mordre la poussière à votre adversaire.

Non, ce que vous voyez n’a rien de sexuel, c’est juste un combat d’espion !

Enumérons maintenant les différentes attaques possibles. On commence avec le ressort qui, dissimuler derrière un cadre, dans un tiroir, … propulsera votre ennemi de l’autre coté de la pièce et le tuera. Même chose avec la bombe qui explosera si vous entrez en contact avec le dit-objet. Ensuite, la bombe toxique qui contaminera votre personnage dès son entrée dans la pièce. Vous serez averti de sa présence lorsque le visage de votre espion deviendra bleu, et vous n’aurez alors plus que quelques secondes seulement pour quitter la pièce avant de mourir. Enfin, et pour moi la meilleure : le vieux coup du seau d’eau disposé au dessus de la porte ! Aux vues des animations mortuaires de ce piège, le Spy à l’air d’être électrocuté… Si vous voulez savoir comment faites appel à Columbo car je n’en ai aucune idée. Mais qu’importe, ce piège reste trop fendard ! Il existe néanmoins un moyen de l’éviter : parez-vous d’un parapluie et passez la porte. Un petit ricanement vicieux de votre Spy vous indiquera que vous venez de déjouer un des pièges de votre ennemi avec brio. La combinaison entre ce piège « gag » et cette petite astuce toute rigolote pour s’en échapper résume bien l’esprit comique du jeu.

L’esprit du blanc (le white spirit ?!? monte au ciel tel un age (mon cul ouais !), comme quoi qu’on soit bon ou mauvais, « ooooooon ira tous au Paradiiiiiiiiiiiis »
 

Tout comme ces fameux ricanements justement, qui interviendront très souvent durant la partie. A chaque piège installé par un des Spy, ou déclenchez par son ennemi, ce petit ricanement se fera entendre.

Outre le coté vicieux de ces ricanements, les agissements des spy sont aussi très vicelard, et ils le sont au point de pouvoir disposer un piège dans le même tiroir qu’un item. Ainsi, si vous souhaitez récupérer l’objet coûte que coûte, il vous faudra mourir une fois pour le libérer de son piège…

Quant aux pièges que vous disposerez attention à ne pas vous les prendre en pleine face ! Et si vous mourrez en possession de la mallette ou d’un objet, ce dernier sera perdu et de nouveau caché dans la salle où vous êtes mort.

Dernière remarque, vous êtes également en possession d’un cinquième « accessoire » qui n’est autre que la carte du jeu. Cette dernière vous permettra de visualiser l’emplacement des objets à retrouver et la position de votre ennemi, et de déterminer si une pièce est piégée ou non.

TIC TAC TIC TAC

Pour pimenter encore un peu plus la partie, et la rendre plus stratégique encore, le second Spy n’est pas votre seul ennemi, et ce n’est pas le pire non plus. Il existe un autre ennemi, sans pitié, invincible. Si ! Le temps ! En effet, vous débutez la partie, chacun avec votre timer, qui s’écoule durant le jeu. A chaque mort, vous perdez déjà une petite dizaine de seconde, le temps que votre avatar se transforme en petit ange et monte au ciel, et environ 5s de battement avant le respawn de votre spy. Mais en plus de cela, votre compteur est amputé de 30s. Conclusion, plus vous mourrez, plus votre temps de jeu diminue. Cela peu d’ailleurs être une bonne stratégie pour remporter la partie, car si vous parvenez à mettre le compteur de votre adversaire à 0 et donc de le mettre Game Over, vous aurez tout le loisir de finir tranquillement vos recherches sans avoir votre sosie dans les pattes ! Pour en finir avec le coté tactique, l’écran est splitté ce qui fait que vous pouvez surveiller tout les faits et gestes de votre ennemi (et inversement ce dernier pourra vous espionner).

INFOS EN VRAC !

Pour finir la partie, et une fois tout les objets récupérer, il ne vous reste plus qu’à vous précipiter vers la sortie, matérialisée par une porte où est dessinée un avion. Vous aurez alors droit à une petite cinématique de fin de jeu très rigolote !

Les salles sont toutes carrées, de mêmes dimensions. Seuls changent la couleur des murs, le nombre de portes, la disposition et le type d’objet. Il faut bien admettre que les décors demeurent vide… Hormis deux ou trois objets sur lesquels nous pouvons interagir, il n’y a rien d’autres dans les pièces. Certaines pièces ne contiennent même qu’un seul et unique porte-manteau en guise de déco… On a bien compris que l’intérêt du jeu ne reposait absolument pas sur son esthétique. Après, tout n’est pas a jeté. L’environnement reste toutefois coloré ce qui rappel un peu un dessin animé.

La quête annexe du jeu : dans ces 2 salles, trouvez les 7 erreurs !!!

Une unique mélodie accompagne le jeu. Elle revient continuellement en boucle. Heureusement que cette dernière n’est pas trop désagréable à entendre. Douce et discrète, elle se fond le décor et n’éreinte pas de trop nos oreilles. Attendez-vous toutefois à la fredonner machinalement une fois le jeu éteint !

Le principe du jeu étant toujours le même, la durée de vie s’en trouve forcément affecté. Je recommande ce jeu surtout en multi où l’on prend un plaisir malsain à détruire son pote. Un bon petit tournoi de Spy Vs Spy pourrait vous faire passer une bonne petite soirée rétro entres potes ! (enfin disons une bonne heure déjà) Seul, on se lasse vite… Il existe 8 niveaux différents, se différenciant par le nombre de pièces présentes dans l’ambassade. Plus le nombre de pièces est élevé, plus il est difficile et long de retrouver les artefacts. Par exemple, pour le premier niveau, vous n’aurez que 6 pièces à parcourir. Pour le dernier, plus d’une trentaine sont réparties sur 2 étages. Autant vous dire que sortir de là vivant ne sera pas chose facile.

Tiens une échelle pour monter à l’étage ? Bizarre… Mais oui je sais ! On doit être à l’ambassade de Grèce, et comme ils n’ont plus assez de sous pour mettre un ascenseur ou un escalier, ils ont opté pour l’échelle ! Ca se tient !

Un petit mot sur la jouabilité qui une fois de plus n’a rien de compliqué grâce à la manette NES à 2  boutons. Les combats sont toutefois assez brouillon je trouve mais ce n’est pas un des critères les plus importants au plaisir de jeu.

Enfin, l’atmosphère générale reste bon enfant. Malgré des personnages qui peuvent peut être apeurés les plus sensibles (mouarf ! mouarf !) de part leur physique particulier et leurs ricanements inquiétants, on a plus l’impression de se retrouver devant une bonne partie de cache-cache entre gamins, que devant un (s)tra(té)gique duel d’espions. Les pièges, les moqueries des protagonistes ainsi que les animations post-mortem nous plongent dans une expérience de jeu plus comique que tragique, et c’est tant mieux pour déclencher de franches parties de rigolade.

LE PEGI DU ROCK

Spy Vs Spy, c’est du 50-50 ! Ca passe ou ca casse ! Soit on aime, soit on n’aime pas ! Et ce quelque soit votre tranche d’âge ou votre niveau. Chacun se fera donc son propre opignon sur ce jeu. Pour ma part, je suis conquis d’une part pour son originalité, et de l’autre pour le coté jovial d’une bonne baston entre potos (surtout quand je gagne…).

Allez pour finir un petit spoil sous forme d’indices pour le prochain Retro-Test. Ca se passe sur une console portable, et concerne un jeu tiré d’une saga culte du JV sur laquelle je vous avais proposé un petit Versus il y a quelques semaines sur RetroNextgen. Tu ne vois pas de quoi je parle ? Fallait nous être fidèle mec ;-) Allez, relis l’intégralité des articles RNG et nous te pardonnerons !

Publicités

Publié le 22 mai 2012, dans Archives (Anciens articles), et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Je connaissais pas mais j’avoue que le concept est assez sympa, ça fait trés jeu de société à pratiquer en groupe dans l’esprit, j’aime bien.

  2. c’est clair que l’intérêt majeur réside dans le jeu multijoueur ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :