Wallpaper de la semaine #26 : Dishonored, encore !

[avant propos : en numérotant cet article, je me suis rendu compte que c’était la 26ème occurrence de cette rubrique hebdomadaire. En vertu du principe qu’une année compte 52 semaines, cela fait donc 6 mois tout pile que je sévis sur ce blog. Et comme cette rubrique est l’un des plus suivies (hu hu hu) j’en profite pour remercier nos lecteurs, à l’instar de ce qu’a dit The Rock il y a quelques jours. Si vous avez des suggestions quant au contenu de cette rubrique, n’hésitez surtout pas à nous en faire part. Et merci de votre fidélité !]

Dishonored, et oué, encore… Mais suite au trailer de la semaine dernière (dont Arakis nous parle ici, courez vite le voir car il vaut franchement le coup), le jeu a été montré dans la foulée à la presse spécialisée dont la réaction fut unanime : c’est l’un des jeux les plus attendus cette année (remarquez, moi je le savais depuis déjà 4 mois et demi). Et quoi de mieux qu’une petite série d’artworks et de screenshots pour en parler ? Car ce titre se dote d’une direction artistique sombre et angoissante mais diablement réussie.

Je ne me lasse pas de cette ambiance Angleterre victorienne/steampunk qui transpire des artworks et qui sent bon le backstab. Voilà qui change agréablement des FPS post-apo, vaguement futuristes et guerre moderne qui envahissent nos consoles et PC. 2000*1125 pixels.

2000*1125 pixels.

Si vous avez joué à HL2 (et si non, jouez-y), ces personnages en échasses doivent vous rappeler les ennemis synthétiques des forces du Cartel. Normal : c’est le même bonhomme qui les a dessiné, ainsi que le design général de la ville. Et clairement, ce bonhomme a du talent : là encore, c’est un artiste issu des pays de l’ex bloc soviétique, de même que les gens qui ont designé STALKER et Metro 2033. Sans être psychosociologue, on peut y trouver une forte influence de la guerre froide, des anciens régimes communistes totalitaires, et de leur architecture si particulière… 1920*1148 pixels.

1272*720 pixels.

Probablement dans le but de séduire un large public féminin (ha ha !), les devs ont jugé bon de faire traverser des bordels et autres maisons closes par le joueur. Si ça démontre une légère tendance au racolage, ça influe également sur l’ambiance très « Jack l’éventreur » de l’univers. 2000*1125 pixels.

Parlons un peu gameplay : les journalistes ont été conviés à regarder les dev jouer, et on pu voir la même mission réalisée en mode « infiltration/stealth kill » puis à nouveau mais en mode « bourrin/guerrier mystique ». De quoi montrer que chaque mission aura de quoi être terminée de muliples manières (à la façon d’un Hitman) et que la replay value du jeu semble être très correcte. 2000*1125 pixels.

Au niveau des pouvoirs (comme qui semble être un lancer de casserole via télékinésie sur ce screen), on nous assure qu’ils sont bien intégrés à l’univers (ce qui me semblent un peu tiré par les cheveux au premier abord). L’ensemble des journalistes ont de toute manière été tout à fait conquis par le jeu, ça augure de bonnes choses ! 2000*1125 pixels.

Concernant les wallpapers classiques, le jeu n’étant pas encore sorti, c’est un peu le calme plat. On a pour l’instant que quelques reprises du titre, du motto du héros (la vengeance résoud tout, vaste programme) et du masque bizarroïde du jeu (à bidouiller sur le site officiel de Dishonored). Le tout en 1920*1080 pixels…

On se donne donc rendez-vous en septembre (a priori) pour mettre la main sur ce petit bijou qui rend tout le monde impatient (consoleux et Pcistes mêlés) : c’est l’un des rares jeux que Arakis, The Rock et moi-même attendons avec la même ferveur.

Publicités

Publié le 30 avril 2012, dans Archives (Anciens articles), et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Si seulement on pouvait avoir des jeux frais et originaux comme ça plus souvent et pas une fois tous les 6 ans …

  2. c’est toujours pareil : développer une nouvelle license au gameplay différent de ce qui se fait est une prise de risque et ça, le sgrosses boites n’aiment pas. résultat : on se retrouve avec des belles séries de jeu toutes identiques entre elles et avec une quantité de nouveautés minimales d’un épisode sur l’autre (CoD, c’est à toi que je pense).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :