Wallpaper de la semaine #3 : photos souvenirs de Tchernobyl

Si vous ne jouiez pas sur PC il y 5 ou 6 ans, vous n’avez sûrement jamais entendu parler de S.T.A.L.K.E.R. : Shadows of Chernobyl. Et bien vous êtes passé à côté de quelque chose.

Dans ce FPS d’origine ukrainienne, on arpente la Zone, espace d’une vingtaine de km autour de la centrale de Tchernobyl : à la radioactivité logiquement présente s’ajoute les anomalies et les mutants, les artefacts aux capacités surnaturelles et les guerres entre factions locales ou encore les sursauts d’énergie de la Zone et ses effets psychologiques inexpliqués. Car le jeu s’inspire librement d’un livre lui aussi russe relatant l’histoire d’une Zone aux pouvoirs étranges et d’un artefact censé exaucer les vœux de celui qui le trouve.

Messieurs-dames : La Zone.

Si vous pensez que tous ça semble partir dans un grand n’importe quoi, détrompez-vous. Stalker est un des jeux les plus cohérents et envoutants auquel j’ai pu jouer. La direction artistique est au top et distille une ambiance épaisse et mélancolique, avec des vieilles bâtisses rouillées qui peuplent la région de Pripyat, les hurlements des meutes de chiens mutants ou encore les discussions (en russe, obligé) et les airs de guitare des mercenaires au coin du feu. Je ne résiste pas de vous livrer ici l’excellente bande annonce-de sa deuxième extension, Call of Pripyat :

Bien entendu, ce jeu très underground possède de nombreux fans et génère donc un important trafic de fonds d’écran perso qui font honneur à son esthétique que je qualifierai de « grunge + rust ». En avant donc pour trois fonds d’écrans qui sentent bon le communisme, l’uranium enrichi et la vodka bon marché (comme d’hab, un clic pour afficher l’image en taille réelle).

Cet accueillant personnage est un stalker : parcourant la zone contaminée en fraude pour récupérer des artefacts aux pouvoirs étranges. Pour la petite histoire, sachez que les gens qui parcourent illégalement la zone interdite de Tchernobyl (dans le vrai monde, hein) pour y trouver des choses à revendre sont également appelées Stalkers. Flippant, hein ?

N’importe qui ayant joué au jeu à donc passé de longs moments à jeter des boulons devant soi pour sonder le chemin et éviter de marcher sur une anomalie gravitationnelle ou électromagnétique. Rendons hommage à ces nombreux boulons morts déchiquetés ou brûlés pour la bonne cause.

Coucher de soleil sur les arbres malades de la Zone. Un jeu d’ambiance, je vous dit !!

Publicités

Publié le 21 novembre 2011, dans Archives (Anciens articles), et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. A noter qu’un S.T.A.L.K.E.R. 2 est en préparation et serait, selon les dires des développeurs, toutes plateformes cette fois-ci. Pis je digresse encore un peu en disant que le bouquin dont il est tiré vaut largement le détour même si trés différent du jeu au niveau ambiance et contexte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :