Une sélection de quelques bons casse-têtes pas cher sur Steam…

Avec le temps et les promos Steam qui passent, j’ai fini par accumuler un certain nombre de petits jeux indépendants de casse-tête qui fleurissent sur les réseaux d’achat en dématérialisés.  Mes impressions sur quelques titres, très rafraichissants entre deux étripages de zombies et sauvetages du monde.

COGS – PC, iOS

Vous vous souvenez sans doute des petits puzzles en plastique de merde qu’on nous donnait étant enfant, ceux où l’on doit déplacer des cases pour former le dessin ? Cogs c’est pareil, avec un esthétique steampunk (tuyaux en cuivre, engrenages, bois) réussie et toute en 3D. Agréable et difficile juste comme il faut, vous entendrez sa musique douce en boucle un sacré bout de temps avant de venir à bout de la trentaine de niveaux que le jeu propose, les derniers étant largement corsés. C’est à vous de voir si lâcher 9€ pour ce petit jeu vous tente, mais au détour des soldes, on se laisse facilement tenter.

Un peu de gameplay, en allemand s’il vous plait.

SPACECHEM – PC, iOS

Attention, dommages cérébraux à prévoir. Ce très compliqué puzzle-game contient en effet très peu de tutoriels, n’est absolument pas intuitif et ne se dévoile qu’au bout de quelques premiers niveaux pendant lesquels la plupart des joueurs lâcheront l’affaire. Si vous tenez bon, par contre, vous aurez la joie de manipuler un jeu au principe très original : vous jouez le rôle d’un opérateur de réacteur de fusion moléculaire dans des colonies spatiales. le but du jeu et des créer des molécules prédéfinies à partir d’atomes en créant, à l’aide de petits icônes, une « chaine de montage » moléculaire dans un réacteur…

Un exemple de solution (il y a un export youtube intégré au jeu pour montrer que vous avez trouvé la solution et ainsi prouver votre supériorité intellectuelle au reste du monde). Dans cet exemple, comptez une quinzaine de minutes de réflexion pour chaque réacteur et une demi-heure pour que tout ça fonctionne bien ensemble.

Dit comme ça, ça vend pas du rêve (sauf au plus geek d’entre nous) mais le principe est très ouvert et propice à des énigmes corsées, de celle qui procure un énorme sentiment de satisfaction une fois qu’on les a torchées. Moi-même qui suis un monstre d’abnégation, j’ai lâchement abandonné à la moitié du jeu mais j’ai rajouté une ligne sur la liste des trucs qu’il faudra que je fasse pendant ma retraite : « terminer SpaceChem ». Pour le plaisir incomparable de trouver la bonne solution après des heures (réellement hein, c’est pas une expression) de recherche, de test, de bidouillages des tracés, de synchronisation … Un jeu à part.

On le trouve à un peu moins de 15 euros sur steam, ce qui est honorable vu la très grande durée de vie du soft. Il en existe une version iphone/ipad qui semble-t-il est un peu moins dure. C’eut été impossible de faire encore plus compliqué, notez.

UPLINK – PC, Mac

Ce jeu daté de 2001 et pesant 16 Mo est unique en son genre. Graphismes minimalistes (une carte du monde plutôt moche et quelques fenêtres toutes identiques constituent la partie visible de ce jeu, il nous met dans la peau d’un hacker qui, depuis son petit chez-lui, « travaille » pour une méga corporation en exécutant des contrats de hacking de par le vaste monde. Rien ne vous sera épargné : connexions à la hussarde à des serveurs gouvernementaux, piratages de compte bancaire, falsifications de données judiciaires, etc… Pour accomplir tout cela, on achète des logiciels variées permettant de voir le temps qui nous est imparti après une intrusion, pour modifier les logs de connexion, pour forcer les mots de passe…

Un peu de gameplay, pour votre culture (parce que sinon, à regarder, c’est nul.)

Et ça fonctionne plutôt bien. Le minimalisme du jeu permet vraiment de s’y croire, avec les mails anonymes que l’on reçoit dans le jeu et les montées d’adrénaline que l’on ressent quand le compteur de trace passe au delà des 75%… Bien entendu, le soft ne propose pas vraiment de tutoriels et un joueur normal finira quelques fois derrière les barreaux, pour avoir laissé trainer son IP virtuelle dans des serveurs peu recommandables, avant de pouvoir jouer confortablement au jeu. Ce qui rajoute au charme de ce jeu lui aussi inimitable.

10 euros sur Steam. Une bonne affaire si l’on adhère au style particulier du jeu, car la durée de vie (quelques dizaines d’heures) est très correcte.

RUSH – PC

Dernier jeu de cette sélection et peut-être le plus abordable pour un public non averti, RUSH est un petit casse-tête agréable s’inspirant de Chu Chu Rocket (premier jeu online sur console, la Dreamcast !). En gros, on doit guider des cubes qui roulent (oui…) à travers un niveau en les orientant  grâce à des dalles spéciales. là encore, plusieurs dizaines de niveaux variés et à la difficulté progressive vous attendent, avec en prime un esthétique minimaliste mais réussie et une ambiance sonore très sympathique à base d’electro toute tranquille.

Démonstration en image avec ce niveau pas trop complexe.

C’est de loin le jeu le moins ardu de cette sélection (ma femme y joue, voyez) et la présence de nombreux indices optionnels vous assurera de ne jamais trop bloquer. Bien entendu, vous pouvez aussi décider d’ignorer ces indices et donc de vous brûler les neurones sur les derniers niveaux vraiment tordus. Corollaire de tout cela, la présence d’indice diminue la durée de vie du jeu mais c’est également le moins cher de cette sélection : 4,50 €. Une très bonne affaire à mon avis.

Publicités

Publié le 30 octobre 2011, dans Archives (Anciens articles), et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :